Les banques canadiennes défieront encore la gravité

Publié le 26/11/2012 à 10:51

Les banques canadiennes défieront encore la gravité

Publié le 26/11/2012 à 10:51

Par Stéphane Rolland

Photo:Bloomberg

Les profits des banques canadiennes devraient encore défier la gravité lorsqu’elles dévoileront leurs résultats du quatrième trimestre (terminé le 31 octobre). Les analystes anticipent une croissance de 17 % des bénéfices, malgré une économie mondiale au ralenti et l’endettement record des ménages canadiens.


Ces prévisions peuvent surprendre tandis que l’économie mondiale a connu des faiblesses en Chine, en Europe et chez nos voisins du sud.


Au Canada, c’est l’endettement des ménages, une importante source de revenus pour les banques, qui inquiète. À 162 % des revenus disponibles, selon les données récemment révisées par Statistique Canada, de nombreuses voix se demandent si l’élastique n’est pas trop étiré. Les marges d’intérêt des banques sont sous pression tandis qu’elles luttent pour séduire un bassin plus modeste d’emprunteurs.


Les banques devraient cependant profiter de revenus plus élevés pour le courtage et les frais de consultations, selon Sumit Malhotra, analyste de Macquarie Capital Markets. « Malgré la multiplication des vents contraires, les banques canadiennes sont en voie de terminer leur exercice 2012 avec une solide performance. »


Les analystes anticipent toujours un ralentissement à court moyen terme. Après une croissance des profits à deux décimales, la progression serait de 4 % en 2013 et de 6 % en 2014, selon les prévisions de Philippe Hardy, de RBC Marchés des capitaux.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Économie: le premier trimestre sera «atroce», avertit Stephen Poloz

30/03/2015 | Yannick Clérouin

Le grand patron de la Banque du Canada a expliqué les effets du choc pétrolier au Financial Times.

Desjardins: il faut faciliter la transition à la haute direction, dit Monique Leroux

Mis à jour le 30/03/2015

La coopérative est mûre pour une réflexion sur les moyens à adopter pour faciliter la transition entre ses dirigeants.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Jacques Daoust veut que Manac reste québécoise

Jacques Daoust souhaite que l'entreprise beauceronne Manac demeure sous contrôle québécois.

Garderies: des CPE vont couper des repas aux enfants

21:14

En raison des nouvelles compressions imposées par Québec, les services aux enfants seront touchés directement.

Et si le gouvernement gérait comme le fait 3G Capital…

BLOGUE. Il y a de quoi inspirer nos gouvernements dans le mode de gestion du groupe 3G Capital, partenaire de Buffett