La culture des banques peut accroître les risques de vente abusive

Publié le 20/03/2018 à 11:52

La culture des banques peut accroître les risques de vente abusive

Publié le 20/03/2018 à 11:52

La culture des services bancaires de détail, fortement axée sur la vente, peut accroître les risques de vente abusive aux consommateurs et de manquement aux obligations en matière de pratiques commerciales de la part des employés, conclut l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC).


Dans son examen des pratiques de vente au détail des banques canadiennes, l’ACFC constate notamment que la culture des services bancaires de détail vise avant tout la vente de produits et de services, ce qui accroît le risque que les intérêts des consommateurs ne se voient pas toujours accorder la priorité qui leur revient.


L’ACFC indique aussi dans son rapport que les incitatifs pécuniaires et non pécuniaires, les objectifs de vente et les fiches de rendement peuvent accroître les risques de vente abusive et de manquement aux obligations en matière de pratiques commerciales.


Selon l’ACFC, certains produits, pratiques commerciales et circuits de vente sont associés à des risques accrus liés aux pratiques de vente. Les cadres de gouvernance ne permettent pas de gérer efficacement les risques liés aux pratiques de vente. Aussi, les contrôles visant à atténuer les risques liés aux pratiques de vente sont insuffisants.


Pour les fins de son examen, qui a duré neuf mois, l’ACFC a examiné les pratiques de vente des six plus grandes banques du Canada, soit la Banque de Montréal, la Banque de Nouvelle-Écosse, la Banque Canadienne Impériale de Commerce, la Banque Nationale du Canada, la Banque Royale du Canada et la Banque Toronto-Dominion et rencontré plus de 600 employés de banque, depuis des présidents jusqu’au personnel de première ligne, ainsi que des membres des conseils d’administration.


L’ACFC a aussi examiné plus de 4 500 plaintes pour mieux comprendre les problèmes que vivent les consommateurs lorsqu’ils achètent des produits et des services financiers auprès des banques, et plus de 100 000 pages de documents bancaires, dont des documents portant sur la formation, la gestion du rendement et des ventes, la conformité, la gestion des risques et la vérification interne.


L’ACFC enquête actuellement sur les infractions présumées aux obligations en matière de pratiques commerciales relevées au cours de l’examen. L’Agence prévoit renforcer ses équipes chargées de la surveillance et de l’application de la loi.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Comment je vois et joue le secteur bancaire

Édition du 22 Septembre 2018 | Tahar Mansour

EXPERT-INVITÉ. Le système bancaire canadien en est un de type oligopolistique. Cela veut dire qu'il y a peu ...

Adieu banquiers et autres comptables ?

Édition du 15 Septembre 2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Lorsque Nordea a publié ses résultats financiers du deuxième trimestre, de nombreux analystes sont tombés ...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: