Immobilier: BMO relance la guerre des taux

Publié le 04/03/2013 à 12:09, mis à jour le 04/03/2013 à 12:19

Immobilier: BMO relance la guerre des taux

Publié le 04/03/2013 à 12:09, mis à jour le 04/03/2013 à 12:19

Par Stéphane Rolland

Photo: LesAffaires.com

La Banque de Montréal (BMO) relance la guerre des taux hypothécaires avec son offre à 2,99%. Le retour de l’offensive promotionnelle remet de l’avant des préoccupations sur le marché immobilier et l’endettement des ménages, d’autant plus qu’il est possible de trouver des offres encore plus alléchantes sur le marché.


La BMO vient de faire passer son taux sur les prêts hypothécaires fixes de cinq ans de 3,09% à 2,99%. C’est la troisième fois que la BMO présente cette offre depuis janvier 2012.


À titre de comparaison, la Banque du Canada vise une inflation entre 1% et 3%. Autrement dit, le taux offert de la BMO pourrait être similaire à l’inflation dans un «contexte normal». En janvier, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,5% en 12 mois, selon Statistique Canada. C’est un creux depuis 2009.


Les banques mènent une lutte serrée tandis que le bassin d’emprunteurs diminue et que l’endettement des ménages progresse. Pour les banques, les prêts hypothécaires revêtent une grande importance puisqu’ils permettent d'attirer les clients pour les comptes bancaires et les cartes de crédit.


Cette pression se fait sentir sur les marges des banques. D’ailleurs, la marge nette d’intérêt de la BMO est passée de 2,05% à 1,85% au trimestre terminé à la fin janvier.


«Quelle est la valeur des emprunteurs restants au moment où l’endettement du consommateur moyen représente 163% de ses revenus? » se demande Peter Routledge, analyste du secteur bancaire pour la Financière Banque Nationale.


Des taux plus bas (à la page suivante)

Sur le même sujet

BMO hausse son dividende, malgré un bénéfice sous les attentes

02/12/2014 | lesaffaires.com

La rentabilité de la banque a souffert du recul enregistré au sein de la division des marchés financiers.

Investir: les choix de Stéphane Rochon, de BMO Nesbitt Burns

Stéphane Rochon, de BMO Nesbitt Burns nous expose ses perspectives pour les marchés et ses meilleures idées.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Poutine joue Ă  la roulette russe

ANALYSE. La politique Ă©trangĂšre de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise Ă©conomique.

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

Voici quelques solutions fiscales pour attĂ©nuer l’impact de la hausse des frais de garde dĂ©crĂ©tĂ©e par QuĂ©bec.

Combien ça coûte un bar chez soi?

Édition de Novembre 2014 | Steeve Proulx

S'équiper pour veiller tard, ça revient à combien ?