Un nouveau centre de recherche dans les laboratoires d’AstraZeneca

Publié le 08/11/2012 à 16:26, mis à jour le 08/11/2012 à 16:50

Un nouveau centre de recherche dans les laboratoires d’AstraZeneca

Publié le 08/11/2012 à 16:26, mis à jour le 08/11/2012 à 16:50

Par Hugo Joncas

L'Institut Nexmed s'installe dans les anciens laboratoires d'AstraZeneca, à Saint-Laurent. Photo: Jones Lang Lasalle

Québec et AstraZeneca créent un nouvel incubateur de recherche sur les nouveaux médicaments. L'Institut Nexmed s’installera dans l’immeuble abandonné en février par la pharmaceutique suédoise, dans le Technoparc de Montréal, a appris Les Affaires.


AstraZeneca vient de vendre les anciens laboratoires pour 1 $ à l’organisme sans but lucratif, créé en septembre dernier. L’acte de vente précise que l'immeuble, construit en 1996 dans l’arrondissement Saint-Laurent, vaut près de 27 M$.


Selon nos informations, Québec financera l’incubateur, dirigé par le docteur Max Fehlmann. «Ce projet fera l'objet d'une annonce officielle du ministre bientôt», dit Mélanie Malenfant, attachée de presse du ministre des Finances et de l’Économie Nicolas Marceau, sans donner de détails.


AstraZeneca investira aussi quelques millions dans le nouvel institut et y transférera certaines molécules pour les développer.


Selon l’acte de vente, Nexmed devra conserver l’immeuble de 120 000 pieds carrés pendant cinq ans, sans quoi il devra payer à AstraZeneca le montant le plus élevé entre 15 M$ et le prix obtenu dans une éventuelle revente.


Philippe Walker, ancien patron des laboratoires de la multinationale suédoise à Saint-Laurent, s’est joint à Nexmed après la fermeture des installations, en février. D’autres sociétés pharmaceutiques doivent aussi investir dans le projet, selon nos sources. Bernard Prigent, vice-président et directeur médical chez Pfizer Canada, est d’ailleurs administrateur de l’Institut, selon le Registre des entreprises du Québec.


Pour l’instant, Nexmed a la même adresse que le Consortium québécois sur la découverte du médicament, ainsi que le même dirigeant, Max Fehlmann. Le gouvernement a créé ce partenariat public-privé en 2008 avec AstraZeneca, Pfizer et Merck Frosst pour stimuler la recherche sur de nouvelles molécules. Québec contribuait à hauteur de 16 M$ et les trois multinationales injectaient 12 M$, sur quatre ans.


«Il n’y aura rien d’équivalent»


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Bourse: craintes d'une bulle dans les biotechs américaines

26/03/2015

L'indice regroupant les entreprises du secteur a vu sa valeur bondir de plus de 35%. Certains financiers s'inquiètent.

Pharmaceutique: l'industrie mondiale croîtra de 4% à 5% en 2015

16/03/2015

Les perspectives de l'industrie pharmaceutique mondiale restent favorables en 2015, selon Standard & Poor's.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Jacques Daoust veut que Manac reste québécoise

Jacques Daoust souhaite que l'entreprise beauceronne Manac demeure sous contrôle québécois.

Garderies: des CPE vont couper des repas aux enfants

31/03/2015

En raison des nouvelles compressions imposées par Québec, les services aux enfants seront touchés directement.

Et si le gouvernement gérait comme le fait 3G Capital…

31/03/2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a de quoi inspirer nos gouvernements dans le mode de gestion du groupe 3G Capital, partenaire de Buffett