«Montréal aura besoin d'importantes ressources pour la légalisation du cannabis»

Publié le 10/04/2018 à 11:09

«Montréal aura besoin d'importantes ressources pour la légalisation du cannabis»

Publié le 10/04/2018 à 11:09

Dans le cadre de la conférence portant sur le marché du cannabis, organisée par Les Affaires, Robert Beaudry, membre du comité exécutif responsable du développement économique et commercial et des relations gouvernementales, a présenté les principaux enjeux auxquels fait face la Ville de Montréal concernant la légalisation du cannabis.


«La légalisation du cannabis aura des impacts non-négligeables sur les opérations municipales. La Ville de Montréal a évalué les différents enjeux et une conclusion s'impose: nous aurons besoin d'importantes ressources financières et humaines pour nous assurer que la légalisation du cannabis s'insèrera de façon harmonieuse dans la réalité de notre métropole», a déclaré M. Beaudry. 


En marge de la légalisation du cannabis, la Ville de Montréal entend mettre en place une approche qui allie la promotion des saines habitudes de vie et la sécurité du public, précise par communiqué le cabinet de la mairesse Valérie Plante.


«D'importants efforts de sensibilisation, de prévention et d'éducation devront être menés, notamment auprès des jeunes, afin de les sensibiliser aux risques qu'implique la consommation de cannabis. Par ailleurs, la Ville de Montréal réclame la flexibilité nécessaire pour encadrer la consommation dans les lieux publics et lors d'événements spéciaux», poursuit le communiqué.


Les municipalités devront assumer une part importante des coûts associés à la légalisation du cannabis. Selon un rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton réalisé pour la Ville de Montréal, les impacts financiers récurrents de la légalisation du cannabis pourraient osciller entre 4,7 M$ et 9,3 M$ par année.


Quant aux impacts financiers ponctuels, ils sont évalués à près de 1 M$. Le rapport fait état de plusieurs autres impacts pour la métropole, incluant l'embauche possible de 23 à 54 employés supplémentaires, principalement dans le domaine de la sécurité publique, au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et au Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).


La Ville de Montréal accueille avec satisfaction les dispositions prévues dans le budget provincial du 27 mars, octroyant 62 M$ sur 2 ans aux municipalités, dont 40 M$ pour les opérations policières et 20 M$ transférables pour les autres besoins (en termes de ressources humaines, d'opérations de communications, d'opérations des premiers répondants, etc.). La Ville de Montréal est satisfaite de cet engagement de deux ans, mais souhaite  qu'un engagement pérenne soit confirmé, et ce, afin de répondre aux coûts récurrents que les municipalités devront désormais absorber.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

La politique canadienne polluerait les négociations de l'ALÉNA

21/09/2018 | AFP

«Il s’agit d’un très bon accord, élaboré pour séduire le Canada », croit un conseiller économique de la Maison-Blanche.

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.