Merck Canada investit 12,5M$ dans la recherche montréalaise

Publié le 26/11/2012 à 11:45, mis à jour le 26/11/2012 à 20:20

Merck Canada investit 12,5M$ dans la recherche montréalaise

Publié le 26/11/2012 à 11:45, mis à jour le 26/11/2012 à 20:20

Par Martin Jolicoeur

Merck investit dans trois centres de recherche montréalais. (Photo: Bloomberg)

Merck Canada a annoncé un investissement de 12,5M$ dans le financement des travaux de trois centres de recherche affiliés à des universités et à des hôpitaux montréalais.


L'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), le Centre de recherche du CHUM (CRCHUM) et le Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) se partageront cette somme. 


Il s'agit d'un investissement «sans restriction», c'est-à-dire qu'il n'impose pas de domaine de recherche aux chercheurs et ne se réserve aucun droit sur la découverte ou le développement de médicaments qui pourraient suivre ces investissements.


PLUS: La salubritée des hôpitaux québécois questionnée


À la suite de la fermeture de son centre de recherche montréalais, Merck avait annoncé en 2010 qu'elle injecterait 100 M$ sur cinq ans dans la recherche-développement (R-D) en biopharmaceutique au Québec. Depuis 2010, Merck a investi un total de 60 M$ dans différentes initiatives de recherches montréalaises.


En conférence de presse, Cyril Schiever, président et directeur général à Merck Canada, a déclaré que ces investissements étaient faits librement, à titre gracieux seulement, et ne profitaient d'aucun avantage fiscal des gouvernements. Les crédits d'impôts à la recherche annoncés dernièrement ne s'appliquent, a-t-il précisé, qu'aux investissements en recherche faits «par une entreprise, à l'interne», ce qui n'est  pas le cas du dernier investissement de Merck.


60 M$ en deux ans


En mars dernier, Merck a annoncé un investissement de 35 M$ dans le Fonds Merck Lumira Biosciences, à titre de principal investisseur et de seul partenaire du secteur pharmaceutique de l'organisme. Ce fonds, créé par Merck en collaboration avec Lumira Capital, Teralys Capital notamment, fournit des capitaux en vue d'appuyer les premières phases d'innovation en sciences de la vie.


Auparavant, Merck a investi 6,8 M$ dans AmorChem, un fonds de capital-risque québécois, visant à accroître le potentiel commercial des recherches menées au Québec, et 5 M$ dans le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM). Ce denrier finance la conception d'outils et de technologies novateurs qui accélèrent le processus de mise au point des médicaments.


PLUS: La salubrité des hôpitaux québécois questionnée


PLUS: Naissance d'un nouvel incubateur de recherche sur les médicaments


SUIVRE SUR TWITTER: Martin Jolicoeur

Sur le même sujet

Ces étudiants montréalais ont obtenu 30 000 $ pour fabriquer du pot biosynthétique

19/09/2014 | Julien Brault

Nombreux sont les étudiants de 2e et 3e cycle qui expérimentent avec le pot. Deux Montréalais en ont fait une start-up.

60 secondes avec: Carl Viel, président de Québec International

Édition du 02 Août 2014 | Valérie Lesage

Quel sera l'impact de la fermeture du Centre québécois de valorisation des biotechnologies, annoncée début juillet, ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les 10 plus grosses entrées en Bourse de l'histoire

19/09/2014

Avec un total de 25G$, le groupe chinois Alibaba devient la plus grande introduction en Bourse de l'histoire.

Mooney: pourquoi je reste positif à long terme envers la Bourse

Édition du 13 Septembre 2014 | Bernard Mooney

En dépit des manchettes négatives et des craintes géopolitiques, il ne faut jamais oublier le portrait global.

Le mythe de l'investisseur immobilier

19/09/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE : Instaurez un système de gestion dès votre premier achat