Merck Canada investit 12,5M$ dans la recherche montréalaise

Publié le 26/11/2012 à 11:45, mis à jour le 26/11/2012 à 20:20

Merck Canada investit 12,5M$ dans la recherche montréalaise

Publié le 26/11/2012 à 11:45, mis à jour le 26/11/2012 à 20:20

Par Martin Jolicoeur

Merck investit dans trois centres de recherche montréalais. (Photo: Bloomberg)

Merck Canada a annoncé un investissement de 12,5M$ dans le financement des travaux de trois centres de recherche affiliés à des universités et à des hôpitaux montréalais.


L'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), le Centre de recherche du CHUM (CRCHUM) et le Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) se partageront cette somme. 


Il s'agit d'un investissement «sans restriction», c'est-à-dire qu'il n'impose pas de domaine de recherche aux chercheurs et ne se réserve aucun droit sur la découverte ou le développement de médicaments qui pourraient suivre ces investissements.


PLUS: La salubritée des hôpitaux québécois questionnée


À la suite de la fermeture de son centre de recherche montréalais, Merck avait annoncé en 2010 qu'elle injecterait 100 M$ sur cinq ans dans la recherche-développement (R-D) en biopharmaceutique au Québec. Depuis 2010, Merck a investi un total de 60 M$ dans différentes initiatives de recherches montréalaises.


En conférence de presse, Cyril Schiever, président et directeur général à Merck Canada, a déclaré que ces investissements étaient faits librement, à titre gracieux seulement, et ne profitaient d'aucun avantage fiscal des gouvernements. Les crédits d'impôts à la recherche annoncés dernièrement ne s'appliquent, a-t-il précisé, qu'aux investissements en recherche faits «par une entreprise, à l'interne», ce qui n'est  pas le cas du dernier investissement de Merck.


60 M$ en deux ans


En mars dernier, Merck a annoncé un investissement de 35 M$ dans le Fonds Merck Lumira Biosciences, à titre de principal investisseur et de seul partenaire du secteur pharmaceutique de l'organisme. Ce fonds, créé par Merck en collaboration avec Lumira Capital, Teralys Capital notamment, fournit des capitaux en vue d'appuyer les premières phases d'innovation en sciences de la vie.


Auparavant, Merck a investi 6,8 M$ dans AmorChem, un fonds de capital-risque québécois, visant à accroître le potentiel commercial des recherches menées au Québec, et 5 M$ dans le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM). Ce denrier finance la conception d'outils et de technologies novateurs qui accélèrent le processus de mise au point des médicaments.


PLUS: La salubrité des hôpitaux québécois questionnée


PLUS: Naissance d'un nouvel incubateur de recherche sur les médicaments


SUIVRE SUR TWITTER: Martin Jolicoeur

À suivre dans cette section


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Objectif Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

Décret anti-immigration: les biotechs profondément inquiètes

Mis à jour le 07/02/2017

Les décisions du gouvernement sont «mal conçues et mal appliquées», disent 150 dirigeants du secteur.

Un vaccin canadien jusqu'à 100% efficace contre Ebola

23/12/2016 | AFP

Un vaccin d'origine canadienne contre Ebola, qui a fait plus de 11000 morts en Afrique de l'Ouest, est efficace ...

À la une

10 erreurs à commettre pour échouer en Bourse

26/05/2017 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les chemins à éviter pour réussir en affaires valent aussi pour la Bourse.

Dorel ne chôme pas en attendant l'éventuelle mise en vente

Dorel redouble d'efforts pour fouetter sa performance dans le marché impitoyable des vélos et des articles pour enfants.

La belle italienne qui fait fureur

27/05/2017 | Matthieu Charest

Les fermetures de grandes bannières se succèdent, mais la chaîne italienne Eataly n’en finit plus de croître.