Résolu retombe dans le rouge

Publié le 01/08/2012 à 08:23, mis à jour le 01/08/2012 à 14:50

Résolu retombe dans le rouge

Publié le 01/08/2012 à 08:23, mis à jour le 01/08/2012 à 14:50

Par La Presse Canadienne

[Photo : Bloomberg]

La société Produits forestiers Résolu (TSX:RFP) a annoncé mercredi avoir subi une perte nette de 20 millions $, ou 20 cents par action, au deuxième trimestre, en baisse par rapport au bénéfice net de 61 millions $, ou 63 cents par action, réalisé lors de la même période il y a un an.


Abstraction faite des éléments non récurrents ayant totalisé 50 millions $, le bénéfice net du deuxième trimestre a été de 30 millions $, ou 30 cents par action, contre 63 millions $, ou 65 cents par action, il y a un an, ce montant comprenant une économie d'impôts de 44 millions $ à la suite de l'ajustement de la provision fiscale pour moins-value.


Les ventes de l'entreprise de Montréal se sont élevées à 1,2 milliard $ au cours de la période de trois mois terminée le 30 juin, sans changement par rapport à celles du même trimestre de 2011.


"Les secteurs du papier journal, des papiers pour usages spéciaux et des produits du bois ont réalisé leur meilleur résultat trimestriel du passé récent, compensant amplement les conditions difficiles qu'ont connu les secteurs de la pâte commerciale et des papiers couchés", a affirmé le président et chef de la direction de Résolu, Richard Garneau.


"Grâce à notre stratégie axée sur la maîtrise de nos coûts, nous sommes en mesure de constamment optimiser notre panier d'actifs et de générer des flux de trésorerie positifs, même dans des contextes de marché difficiles", a-t-il ajouté.


Par ailleurs, M. Garneau s'est dit encouragé par la tendance favorable qui se dégage aux États-Unis au chapitre des mises en chantier, et il a dit se réjouir de l'impact de cette amélioration sur le secteur des produits du bois de l'entreprise.


"En dépit d'un contexte de marché difficile, la rentabilité du secteur papier journal se maintient", a-t-il affirmé.


M. Garneau a aussi dit prévoir une légère amélioration des secteurs du papier journal, des papiers couchés et des papiers pour usages spéciaux grâce à l'augmentation saisonnière de la demande.


"Cependant, les annonces récentes de la relance de certaines capacités de production de papier journal et de papiers pour usages spéciaux suscitent de l'incertitude. Compte tenu du contexte actuel, nous ne prévoyons pas d'amélioration notable du secteur de la pâte commerciale d'ici la fin de l'exercice", a enfin ajouté le dirigeant.


À la Bourse de Toronto, mercredi après-midi, les actions de Produits forestiers Résolu valaient 10,87 $, en hausse de 1,64 $.

À suivre dans cette section


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

La FTQ s'inquiète de l'entrée en vigueur du nouveau régime forestier québécois

Mis à jour le 01/04/2013

L'entrée en vigueur du nouveau régime forestier du Québec, lundi, inquiète la FTQ. La ...

Résolu réduira sa dette de 85 M$

10/09/2012

Produits forestiers Résolu réduira sa dette en rachetant une tranche additionnelle de 85 M$ de ses ...

À la une

Une histoire de confiance sur trois générations

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Avant d'être une histoire à succès, les hôtels Germain, c'est avant tout une histoire de famille. Coprésidée par ...

Montréal possède tous les atouts pour attirer Amazon, croit Hubert Bolduc

20/10/2017 | Denis Lalonde

Montréal International est convaincue du potentiel de la métropole pour attirer le HQ2 d'Amazon.

Fait-on «la bonne affaire» pour l’entrepreneuriat au Québec?

20/10/2017 | lesaffaires.com

C'est LA question à laquelle ont réfléchi les participants de la Grande consultation sur l’entrepreneuriat.