Projet Apuiat: le PDG d'Hydro-Québec négociera avec les Innus

Publié le 14/08/2018 à 11:38

Projet Apuiat: le PDG d'Hydro-Québec négociera avec les Innus

Publié le 14/08/2018 à 11:38

Par La Presse Canadienne

Éric Martel [Photo: Hydro-Québec]

Les négociations reprendront mercredi entre Hydro-Québec et la nation innue à propos du controversé projet éolien Apuiat, sur la Côte-Nord.


Le président-directeur général de la société d'État, Éric Martel, confirme que cette rencontre, avec ceux qu'il qualifie de partenaires de longue date, visera à identifier les pistes de solution pour que ce projet soit structurant et rassembleur.


De leur côté, les communautés de la nation innue affirment que le projet éolien Apuiat est une occasion de réconciliation historique entre le gouvernement du Québec, Hydro-Québec et les Innus. Leurs représentants disent vouloir réaliser ce projet pour créer près de 400 emplois sur la Côte-Nord et dans des régions comme la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent, là où les compétences de l'industrie éolienne se concentrent.


Lundi après-midi, le conseil d'administration d'Hydro-Québec s'est réuni à Montréal afin de faire le point sur les événements des derniers jours. Le président du conseil, Michael Penner, a affirmé par la suite que le conseil avait signifié son appui à la direction dans sa poursuite d'un dialogue ouvert et constructif avec la nation innue.


Éric Martel a récemment remis en question la pertinence du projet Apuiat, tant sur le plan financier qu'énergétique, affirmant que la société d'État devait déjà composer avec d'importants surplus d'électricité.


Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s'est alors rangé derrière M. Martel. Il a dit avoir confiance que même les citoyens de la Côte-Nord, qui vont peut-être se voir privés d'un projet à court terme, vont comprendre qu'on ne peut mettre 1,5 milliard $ de pertes chez Hydro-Québec pour créer des emplois.


Le communiqué émis mardi par les communautés innues stipule que «la soi-disant perte de 1,5 milliard $ demeure inexpliquée par Hydro-Québec». Les Innus disent viser à réaliser un projet économique qui sera sans impact sur la facture des consommateurs.


Lundi, à Sept-Îles, M. Legault a annoncé qu'il n'approuverait pas le projet s'il est élu premier ministre aux élections du 1er octobre prochain.


Le premier ministre Philippe Couillard a quant à lui affirmé que ce projet de parc éolien était un incontournable. De son côté, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a dit que le projet pouvait se réaliser sans aucun impact sur les tarifs payés par les Québécois.


L'équipe du projet éolien Apuiat ne désire pas négocier sur la place publique et a donc refusé une demande d'entrevue de la Presse canadienne.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street freinée par les tensions commerciales

Mis à jour le 12/09/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS Les indices ont aussi un peu pâti de la baisse surprise des prix à la production en août.

La Californie veut que son électricité soit 100% propre en 2045

10/09/2018 | AFP

« Ce ne sera pas facile, ce ne sera pas immédiat, mais ce doit être fait », insiste le gouverneur l'État.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: