Projet Apuiat: le PDG d'Hydro-Québec négociera avec les Innus

Publié le 14/08/2018 à 11:38

Projet Apuiat: le PDG d'Hydro-Québec négociera avec les Innus

Publié le 14/08/2018 à 11:38

Par La Presse Canadienne

Éric Martel [Photo: Hydro-Québec]

Les négociations reprendront mercredi entre Hydro-Québec et la nation innue à propos du controversé projet éolien Apuiat, sur la Côte-Nord.


Le président-directeur général de la société d'État, Éric Martel, confirme que cette rencontre, avec ceux qu'il qualifie de partenaires de longue date, visera à identifier les pistes de solution pour que ce projet soit structurant et rassembleur.


De leur côté, les communautés de la nation innue affirment que le projet éolien Apuiat est une occasion de réconciliation historique entre le gouvernement du Québec, Hydro-Québec et les Innus. Leurs représentants disent vouloir réaliser ce projet pour créer près de 400 emplois sur la Côte-Nord et dans des régions comme la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent, là où les compétences de l'industrie éolienne se concentrent.


Lundi après-midi, le conseil d'administration d'Hydro-Québec s'est réuni à Montréal afin de faire le point sur les événements des derniers jours. Le président du conseil, Michael Penner, a affirmé par la suite que le conseil avait signifié son appui à la direction dans sa poursuite d'un dialogue ouvert et constructif avec la nation innue.


Éric Martel a récemment remis en question la pertinence du projet Apuiat, tant sur le plan financier qu'énergétique, affirmant que la société d'État devait déjà composer avec d'importants surplus d'électricité.


Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s'est alors rangé derrière M. Martel. Il a dit avoir confiance que même les citoyens de la Côte-Nord, qui vont peut-être se voir privés d'un projet à court terme, vont comprendre qu'on ne peut mettre 1,5 milliard $ de pertes chez Hydro-Québec pour créer des emplois.


Le communiqué émis mardi par les communautés innues stipule que «la soi-disant perte de 1,5 milliard $ demeure inexpliquée par Hydro-Québec». Les Innus disent viser à réaliser un projet économique qui sera sans impact sur la facture des consommateurs.


Lundi, à Sept-Îles, M. Legault a annoncé qu'il n'approuverait pas le projet s'il est élu premier ministre aux élections du 1er octobre prochain.


Le premier ministre Philippe Couillard a quant à lui affirmé que ce projet de parc éolien était un incontournable. De son côté, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a dit que le projet pouvait se réaliser sans aucun impact sur les tarifs payés par les Québécois.


L'équipe du projet éolien Apuiat ne désire pas négocier sur la place publique et a donc refusé une demande d'entrevue de la Presse canadienne.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Les pros sont encore plus prudents

Découvrez comment les gestionnaires avaient échafaudé leur portefeuille à l'arrivée de l'automne.

Miser sur le pétrole canadien est-il un bon pari?

BLOGUE. La chute dramatique du cours du pétrole canadien réveille le réflexe à contre-courant des financiers.

À la une

L’inaccessible maison?

Il y a 14 minutes | Daniel Germain

En 2019, les maisons seront inabordables à un niveau qu'on ne voit pas souvent.

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

20/11/2018 | Stéphane Rolland

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

20/11/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.