Lucien Bouchard démissionne de la présidence du lobby gazier

Publié le 07/02/2013 à 12:26, mis à jour le 07/02/2013 à 14:09

Lucien Bouchard démissionne de la présidence du lobby gazier

Publié le 07/02/2013 à 12:26, mis à jour le 07/02/2013 à 14:09

Par Hugo Joncas

Lucien Bouchard. Photo: Bloomberg.

PRIMEUR - Lucien Bouchard démissionne de son poste de président de l’Association pétrolière et gazière du Québec, a appris LesAffaires.com.


La société gazière albertaine Talisman, qui payait les honoraires de l’ancien premier ministre comme président du regroupement, se retire de l’Association (APGQ). «L’une des conséquences, c’est la démission de Lucien Bouchard», explique Stéphane Perrault, porte-parole de Talisman.


«Talisman tient à remercier le président sortant de l’Association, M. Lucien Bouchard, pour les services rendus au cours des dernières années. Sa détermination, sa dignité et ses conseils judicieux ont été grandement appréciés», déclare l’entreprise dans un courriel.


L'ancien président de l'APGQ est avocat au cabinet Davies. Stéphane Perrault n'a pas voulu dévoiler le montant des honoraires que lui payait l'organisation. «Il s’agit d’une transaction privée et les parties ne souhaitent pas rendre l’information publique.»


Il n'a pas été possible de nous entretenir avec Lucien Bouchard.


À l'APGQ, le directeur général Stéphane Gosselin confirme son départ. «Je ne sais pas encore qui sera le prochain président, dit-il. Ce sera à déterminer lors du prochain conseil d'administration.»


Talisman se retire du Québec


Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Philippe Couillard mise sur le Plan Nord, le gaz naturel et le fleuve Saint-Laurent

Édition du 04 Octobre 2014 | Suzanne Dansereau

À l'occasion d'une table éditoriale avec Les Affaires, le premier ministre nous dévoile son plan de relance économique.

À surveiller: Amaya, SNC-Lavalin et le CP

Que faire avec les titres d’Amaya Gaming, Canadian Tire et du Canadien Pacifique? Voici quelques recommandations ...

Bourse: Toronto perd plus de 200 points à la mi-séance

Malgré les bonnes nouvelles sur le front de l'emploi aux États-Unis, les investisseurs se montrent inquiets.