Le Québec en déficit éolien

Publié le 06/03/2010 à 00:00

Le Québec en déficit éolien

Publié le 06/03/2010 à 00:00

Par Hugo Joncas

Cartier Énergie vient de renoncer à son projet éolien des Méchins, en Gaspésie. L'été dernier, Kruger Énergie a décidé d'abandonner son projet de Sainte-Luce. En 2008, c'est SkyPower qui remballait ses éoliennes au port de Cacouna. En fait, 419 des 4 000 mégawatts (MW) d'énergie éolienne promis d'ici 2015 par Hydro-Québec sont partis au vent. De plus, la réalisation du projet de Northland Power à Mont-Louis est menacée, tandis que Saint-Laurent Énergies a dû changer l'emplacement de son parc. C'est sans compter l'opposition à laquelle font face plusieurs projets prévus. Tour d'horizon des projets abandonnés ou problématiques.


Projet abandonné : Les Méchins


Promoteur : Cartier Énergie


Puissance projetée : 150 MW


Coût prévu : 200 millions


Cartier Énergie renonce à son projet des Méchins, à l'est de Matane, en Gaspésie, car il ne peut pas être réalisé sans le consentement de 130 propriétaires fonciers. Les négociations se sont heurtées aux options de renouvellement des baux des terrains où les éoliennes devaient être érigées. " Il y avait très peu d'accès pour se rendre au parc d'éoliennes, dit Luc Leblanc, porte-parole de Cartier. Dans ce contexte, c'était très important pour nous d'avoir des options de renouvellement des baux après l'expiration des premiers contrats, dans 25 ans, afin de nous assurer d'avoir un accès aux éoliennes. Deux ou trois propriétaires stratégiques pouvaient faire couler le projet. "


Cartier Énergie devra payer trois millions de dollars en pénalité à Hydro-Québec, selon les termes du contrat signé à la suite de l'appel d'offres de 1 000 MW.


Projet abandonné : Sainte-Luce


Promoteur : Kruger Énergie


Puissance projetée : 68 MW


Coût projeté : 200 millions


Lors d'un référendum tenu en mai 2009, les citoyens de Saint-Luce-sur-Mer, dans le Bas-Saint-Laurent, ont voté contre l'installation d'éoliennes à moins de cinq kilomètres des rives. Le promoteur, Kruger Énergie, a alors renoncé au projet, jugeant qu'il n'était plus rentable en fonction de cette nouvelle exigence. Pénalité payable à Hydro-Québec : 680 000 $. Ce projet était planifié dans le cadre du deuxième appel d'offres d'Hydro-Québec, qui totalisait 2 000 MW.


Projet abandonné : Rivière-du-Loup


Promoteur : SkyPower


Puissance projetée : 201 MW


Coût projeté : 400 millions


Cela devait être le plus important parc éolien du Canada, négocié de gré à gré entre l'ontarienne SkyPower et Hydro-Québec en 2004. Six ans plus tard, les promoteurs éoliens présents au Québec citent ce projet en exemple de ce qu'il ne faut pas faire. La population locale a exigé que le projet soit révisé de façon à en réduire l'impact sur le paysage.


Au début, SkyPower a fait la sourde oreille et a menacé de plier bagage. Puis, elle a accepté de réduire le nombre d'éoliennes et de déplacer celles qu'elle devait installer près du fleuve. Mais ces changements avaient un coût. L'entreprise a donc voulu rouvrir le contrat conclu avec Hydro-Québec, qui prévoyait un prix de 5,7 cents le kilowattheure pour l'énergie promise. Hydro-Québec a refusé. SkyPower a alors multiplié les ultimatums, pour finalement vendre les équipements prévus pour le projet...


Projet menacé : Mont-Louis


Promoteur : Northland Power


Puissance projetée : 100,5 MW


Coût projeté : 238 millions


L'ontarienne Northland Power aura fort à faire pour produire ses premiers électrons comme prévu, d'ici le 31 décembre 2010. Elle négocie une aide financière avec Investissement Québec et n'a pas d'entente avec un fabricant d'éoliennes pour ce projet. Le fournisseur prévu au départ, le turbinier québécois AAER, vient de se retirer du projet. Northland Power est maintenant en pourparlers avec General Electric.


Projet déplacé : Aguanish


Promoteur : Saint-Laurent Énergies


Puissance projetée : 80 MW


Coût projeté : 160 millions


La Régie de l'énergie a approuvé en janvier le déménagement du projet de Saint-Laurent Énergies, qui était d'abord prévu à Aguanish, sur la Basse-Côte-Nord. Les éoliennes seront plutôt érigées 1 000 kilomètres plus loin, à Saint-Robert-Bellarmin, en Estrie. Le consortium, composé d'Électricité de France, de la québécoise Hydroméga et de la britannique Renewable Energy Systems, pense qu'il y recevra un accueil plus favorable de la collectivité. La MRC de Minganie a adopté au début de 2009 un règlement qui édictait que les éoliennes soient installées loin des rives du fleuve, ce qui rendait le projet irréalisable, selon Stéphane Boyer, directeur général de Saint-Laurent Énergies. Les éoliennes auraient alors dû être installées dans des tourbières inaccessibles ou dans des endroits peu venteux, dit-il.


Québec songe à un autre appel d'offres


Nathalie Normandeau, ministre des Ressources naturelles et de la Faune, pourrait lancer un nouvel appel d'offres pour combler le vide laissé par l'abandon de divers projets éoliens au Québec, a appris Les Affaires.


Son cabinet jongle avec cette idée, après l'annonce de l'abandon du projet de Cartier Énergie à Les Méchins. Cette décision crée un manque de 150 mégawatts (MW) dans la réalisation des engagements de Québec, qui avait prévu intégrer 4 000 MW d'énergie éolienne dans son réseau.


À la suite de l'abandon des projets de Kruger Énergie à Saint-Luce et de SkyPower à Rivière-du-Loup, la filière éolienne québécoise enregistre un manque à gagner de 419 MW, soit plus de 10 % de l'objectif gouvernemental.


" Nous suivons la situation de près, indique Christian Tanguay, attaché de presse de Mme Normandeau. Ce n'est pas exclu qu'il y ait de nouveaux appels d'offres pour réaliser les mégawatts manquants ", dit-il.


Malgré l'abandon de projets, la ministre répète qu'elle vise 4 000 MW d'énergie éolienne d'ici 2015. Trois appels d'offres totalisant 3 500 MW ont été lancés, dont un de 500 MW en avril 2009. Le reste provient de projets négociés de gré à gré avant le premier appel d'offres, clos en 2004.

Sur le même sujet

Mais où s'en va l'OPEP?

05/12/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. La semaine dernière, l'OPEP a décidé de ne pas couper sa production de pétrole malgré le déséquilibre entre l'offre et la demande. Le marché cherche maintenant de nouveaux repères.

Énergie Est: «Nos émissions de GES seront presque nulles», dit TransCanada

02/12/2014 | Suzanne Dansereau

Entrevue exclusive avec Tim Duboyce, le visage québécois du projet Énergie Est.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Ukraine: le Canada impose de nouvelles sanctions à la Russie

16:54 | AFP

Le Canada a annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie pour son soutien aux rebelles de l'est de l'Ukraine.

Le véritable coût d'être propriétaire

09:56 | Nafi Alibert

Avoir son propre chez-soi et ne plus payer de loyer, ça fait rêver. Mais quels sont les coûts supplémentaires à prévoir?

Bourse: du vert à New York, Toronto poursuit son rebond

Mis à jour à 16:48 | LesAffaires.com et AFP

La Bourse de Toronto a poursuivi son rebond vendredi, pendant que la hausse perdait de la vigueur à New York.