La Place Ville-Marie passe au gaz

Publié le 05/02/2010 à 18:09

La Place Ville-Marie passe au gaz

Publié le 05/02/2010 à 18:09

Par Hugo Joncas

La centrale de la CCUM. Photo:CCUM

Les grands gratte-ciel du centre-ville de Montréal qui font affaire avec la chaufferie centrale CCUM ne seront plus chauffés qu’au gaz naturel.


La Place Ville-Marie, la Gare centrale, la Place Bonaventure, le 1 000, de la Gauchetière et l’Hôtel Reine Elizabeth sont tous alimentés par cette chaufferie. Par des conduites souterraines, l’usine, située à côté de l’autoroute Bonaventure, alimente 15 grands édifices en vapeur et six autres en eau chaude et en eau refroidie.


En ce moment, les chaudières à vapeur de la chaufferie peuvent brûler ou du mazout, ou du gaz naturel. Jusqu’ici, les contrats avec les clients étaient indexés sur le moins cher des deux.


Mais le mazout est beaucoup plus polluant que le gaz. C’est pourquoi CCUM et ses clients discutent pour éliminer le mazout. « La Place Ville-Marie a demandé que son contrat soit seulement indexé sur le prix du gaz, jusqu’en 2029 », dit Jean-Claude Michel, directeur de la centrale, qui appartient à parts égales à Gaz Métro et à Dalkia, une filiale de la française Veolia. Du coup, CCUM s’engage à ne fournir à la Place Ville-Marie que de la vapeur produite à partir de gaz naturel.


Le gratte-ciel phare du centre-ville est le plus gros client de CCUM et son gestionnaire, SITQ, exploite plusieurs autres édifices faisant affaire avec l'entreprise. 


C’est tout un changement par rapport à 2007, alors que la chaufferie a brûlé surtout du mazout, à cause des prix qui avantageaient ce carburant à l’époque. En ce moment, le gaz est moins cher de toute façon, mais CCUM n’a pas l’intention d’utiliser le mazout à l’avenir, même si son prix redescend en bas de celui du gaz naturel.


CCUM a reçu une subvention de deux millions de dollars pour remplacer une de ses quatre chaudières par une nouvelle, dernier cri, qui ne consomme que du gaz. « C’est un investissement de plus de cinq millions », dit M. Michel.


Le contrat de CCUM avec Gaz Metro inclut maintenant une clause l’obligeant à utiliser le gaz pour au moins 85 % de sa capacité. Mais dans les faits, CCUM ne garde ses réservoirs de mazout que pour parer une éventuelle panne du réseau gazier.


Comme la chaufferie l’a fait avec SITQ, la filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec exploitant la Place Ville-Marie, CCUM doit maintenant négocier des contrats indexés uniquement sur le prix du gaz avec ses autres clients.


Parmi eux, la Cité du Multimédia, un « nouveau » client depuis 2000. Juste à côté, CCUM surveille attentivement les développements dans la planification du nouveau Quartier Bonaventure, qui doit être construit après a destruction de l’autoroute du même nom.


« Je veux les convaincre d’opter pour le chauffage à eau chaude à basse température », dit M. Michel. Jusqu’ici, les clients de CCUM prennent de la vapeur à haute température, ce qui implique de laisser s’échapper la vapeur moins chaude dans le ciel, faute de pouvoir en faire quelque chose. En revendant de la vapeur à basse température à des édifices dotés d’un système adapté, CCUM pourrait leur vendre de l’énergie « pour pas cher », sans brûler beaucoup de carburant additionnel. Du même coup, elle améliorerait le décor en réduisant les grands panaches de vapeur qui s’échappent de ses cheminées.


 


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Quatre secteurs canadiens à risque dans la dispute entre les États-Unis et la Chine

Voici comment l'escalade des mesures tarifaires annoncées de part et d'autre menace l'économie canadienne.

Centres de données: des victimes idéales du «cryptojacking»

28/03/2018 | LesAffaires.com et AFP

C'est un sérieux avertissement lancé par la société de cybersécurité Bitdefender.

À la une

Vidéo: trois titres boursiers insensibles aux hausses de taux d'intérêt

21/04/2018 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Steve Bélisle fait le point sur les titres de Diageo, ServiceMaster et Marsh & McLennan.

Le lobby ukrainien à Ottawa nuit-il au commerce avec la Russie?

21/04/2018 | François Normand

ANALYSE - La politique étrangère du Canada est déjà sous influence, selon des spécialistes. Le commerce est-il à risque?

«Les géants de la Silicon Valley nuisent à l'innovation»

21/04/2018 | Diane Bérard

ENTREVUE. Nicholas Thompson, rédacteur en chef du magazine Wired, dépeint la Silicon Valley et ses contradictions.