La fermeture de Gentilly coûte une perte de 1,45 G$ à Hydro-Québec

Publié le 26/11/2012 à 15:01, mis à jour le 26/11/2012 à 15:04

La fermeture de Gentilly coûte une perte de 1,45 G$ à Hydro-Québec

Publié le 26/11/2012 à 15:01, mis à jour le 26/11/2012 à 15:04

Par Les Affaires

[Photo : Bloomberg]

La fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 pèse lourdement sur les résultats d’Hydro-Québec. Elle a provoqué une perte de 1,45 milliard pour la société d’État au troisième trimestre.


Sans la fermeture de Gentilly-2, Hydro aurait généré des profits de 376 M$, en baisse de 7 %. À la même période l’an dernier, l’entreprise a enregistré des profits de 404 M $. Cette diminution est entre autres attribuable à une diminution de consommation d'énergie de certaines grandes entreprises.


«Cet écart tient à une réduction de 61 M$ du résultat net des contrats spéciaux avec certains grands clients industriels au Québec, qui s'explique par le prix de l'aluminium et le taux de change, ainsi qu'à des achats d'électricité de 45 M$ effectués auprès de Rio Tinto Alcan. Ces éléments ont été atténués par une augmentation de 51 M$ des revenus des exportations nettes d'électricité d'Hydro-Québec Production», dit le communiqué émis par Hydro-Québec


Pour les neuf premiers mois de l'exercice, les profits ont atteint 2,12 milliards $ en baisse de 6,6 % par rapport aux 2,27 milliards inscrits l'an dernier. Toutefois, la fermeture de la centrale nucléaire de Gentilly force l’entreprise à radier 1,8 G$ de son bilan. Le résultat net pour les neuf premiers mois de l'exercice totalise 265 millions $, comparativement à 2,2 milliards en 2011.


 

Sur le même sujet

Villes intelligentes: Éclairer les rues grâce à l'énergie solaire

Édition du 27 Septembre 2014 | Laurence Hallé

Julien Provencher, directeur général de Lekla, est persuadé que d'ici trois ans toutes les municipalités auront ...

Technologies propres: Idénergie veut vendre 45 hydroliennes en 2015

Édition du 27 Septembre 2014 | Anne Gaignaire

Idénergie a conçu une hydrolienne de rivière à usage domestique. Après quatre ans de recherche et développement ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Taux: la Banque du Canada doit agir pour éviter une bulle immobilière

Un des plus importants gestionnaires d'obligations affirme que Stephen Poloz doit modifier son discours.

Retraite: «se payer soi-même», le truc des Québécois

La majorité des Québécois qui réussissent à épargner le font grâce à l'épargne systématique.

À surveiller: Enbridge, Sherritt et Groupe TMX

Il y a 56 minutes | François Pouliot

Que faire avec les titres d’Enbridge, Sherritt International et Groupe TMX? Voici quelques recommandations ...