La fermeture de Gentilly coûte une perte de 1,45 G$ à Hydro-Québec

Publié le 26/11/2012 à 15:01, mis à jour le 26/11/2012 à 15:04

La fermeture de Gentilly coûte une perte de 1,45 G$ à Hydro-Québec

Publié le 26/11/2012 à 15:01, mis à jour le 26/11/2012 à 15:04

Par Les Affaires

[Photo : Bloomberg]

La fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 pèse lourdement sur les résultats d’Hydro-Québec. Elle a provoqué une perte de 1,45 milliard pour la société d’État au troisième trimestre.


Sans la fermeture de Gentilly-2, Hydro aurait généré des profits de 376 M$, en baisse de 7 %. À la même période l’an dernier, l’entreprise a enregistré des profits de 404 M $. Cette diminution est entre autres attribuable à une diminution de consommation d'énergie de certaines grandes entreprises.


«Cet écart tient à une réduction de 61 M$ du résultat net des contrats spéciaux avec certains grands clients industriels au Québec, qui s'explique par le prix de l'aluminium et le taux de change, ainsi qu'à des achats d'électricité de 45 M$ effectués auprès de Rio Tinto Alcan. Ces éléments ont été atténués par une augmentation de 51 M$ des revenus des exportations nettes d'électricité d'Hydro-Québec Production», dit le communiqué émis par Hydro-Québec


Pour les neuf premiers mois de l'exercice, les profits ont atteint 2,12 milliards $ en baisse de 6,6 % par rapport aux 2,27 milliards inscrits l'an dernier. Toutefois, la fermeture de la centrale nucléaire de Gentilly force l’entreprise à radier 1,8 G$ de son bilan. Le résultat net pour les neuf premiers mois de l'exercice totalise 265 millions $, comparativement à 2,2 milliards en 2011.


 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Un nouveau tarif d'électricité pour les entreprises?

Aux prises avec d'importants surplus énergétiques, Québec désire mettre en place un nouveau tarif d'électricité.

Villes intelligentes: Éclairer les rues grâce à l'énergie solaire

Édition du 27 Septembre 2014 | Laurence Hallé

Julien Provencher, directeur général de Lekla, est persuadé que d'ici trois ans toutes les municipalités auront ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

Des résultats qui supportent la reprise boursière

24/10/2014 | Jean Gagnon

La reprise des marchés boursiers après la volatilité du début du mois d’octobre a ...

Bourse: Toronto et New York ferment au vert

24/10/2014 | AFP

Les marchés boursiers ont poursuivi leur ascension, aidés par les bons résultats ...