Domtar rate la cible

Publié le 27/07/2012 à 08:12, mis à jour le 27/07/2012 à 08:20

Domtar rate la cible

Publié le 27/07/2012 à 08:12, mis à jour le 27/07/2012 à 08:20

Par Mathieu Lavallée

[Photo : Bloomberg]

La papetière Domtar a raté la cible des analystes au deuxième trimestre selon les résultats publiés ce vendredi par les analystes.


Domtar a enregistré un bénéfice net de 59 M$, ou 1,61 $ par action, contre celui de 54 M$ connu l’an dernier, ou 1,30 $ par action.


Les analystes sondés par Bloomberg s’attendaient à un bénéfice par action de 1,75 $.


En excluant les éléments extraordinaires, il s’agit d’un recul par rapport à l’an dernier, puisque le bénéfice net s’était élevé à 98 M$, ou 2,37 $ par action. Le deuxième trimestre 2011 avait connu une charge de 62 M$ à cause de pertes liées à des immobilisations et d’autres pertes et frais liés à des cessions ou la vente d’entreprise.


Les revenus ont été quasi stables, à 1,4 G$.


PLUS : Pluie de résultats trimestriels

Sur le même sujet

Soins personnels: Domtar pourrait repousser ses objectifs de croissance

Le prix à payer pour réaliser des acquisitions pourrait forcer Domtar à repousser ses objectifs ...

Domtar rebondit grâce à des résultats supérieurs aux prévisions

23/10/2014 | lesaffaires.com

Le titre de la papetière montréalaise efface une partie de sa perte de 20% subie cette année.

OPINION À surveiller: Domtar, Domino Pizza et Air Canada
Près de 63 G$ d'acquisitions pour le Québec Inc.
Édition du 02 Août 2014 | Yannick ClĂ©rouin
Les mieux payés, les plus efficaces
Édition du 31 Mai 2014 | StĂ©phane Rolland
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bombardier: on verra mieux en 2016

BLOGUE. Meilleurs résultats que prévu, chez Bombardier. Décollage en vue?

L'or dégringole à son plus bas en plus de quatre ans

06:45

Les investisseurs délaissent le métal précieux devenu plus coûteux avec la hausse du dollar américain, entre autres.

Sun Life: recruter pour mieux saisir les occasions d'affaires propres au Québec

Le nouveau président québécois de l'assureur croit que de nouveaux talents l'aideront à cibler les occasions d’affaires.