«C'est le bon moment d'investir dans de bons projets miniers»

Publié le 03/10/2014 à 13:04

«C'est le bon moment d'investir dans de bons projets miniers»

Publié le 03/10/2014 à 13:04

Par Suzanne Dansereau

Dany Pelletier, président du conseil d’administration de SODEMEX, le fonds minier de la CDPQ

La Caisse de dépôt et de placement du Québec observe comme tous les investisseurs la débandade des sociétés minières depuis plusieurs mois, plombées par la chute de leurs capitalisations boursières, les hausses de coûts et les retards de production.


Mais la Caisse croit que «c’est maintenant le bon temps d’investir dans de bons projets», a déclaré Dany Pelletier, président du conseil d’administration de SODEMEX, le fonds minier de la CDPQ, lors de la sixième conférence Objectif Nord du Groupe les Affaires, tenue à Montréal mardi et mercredi.


«Il y a des opportunités à toutes les étapes» a estimé M. Pelletier.


Depuis le début de l’année, Sodemex a investi 2,5M$ dans quinze sociétés juniors d’exploration, notamment : Adventure Gold et Ressources Sirios dans l’or, et MDN, dans le tantale et le nobium.


Sodemex a par ailleurs investi 11M$ dans des projets en développement : 8M$ dans le projet Coulon (cuivre, zinc et argent) et 3 M$ dans le projet de Mason Graphite.


Fin mai dernier, la Caisse a réalisé un placement privé de 105M$ pour la construction de la mine de diamant Renard, appartenant à la minière minière Stornoway, détenue en partie par Ressources-Québec.


Est-ce beaucoup ou pas assez, ces investissements? Dur à dire. « Nous nous étions donné l’objectif d’investir à toutes les étapes du développement minier et nous l’avons fait » indique M. Pelletier. « Le contexte est difficile, mais il ne faudrait pas que la caisse soutienne des projets qui ne valent pas la peine », a commenté de son côté la directrice générale de l’Association de l’exploration minière du Québec (AMEQ) Valérie Filion.


Ce n’est que depuis le début de 2014 que la caisse est équipée pour couvrir pour les phases minières. Avant, SODEMEX ne touchait pas à la phase développement.


Lors de sa présentation, Dany Pelletier a publié des statistiques qui en disent long sur les problèmes que connaît l’industrie. Ainsi, 78% des projets miniers démarrent avec des retards de production, ce qui diminue les rendements ; 92% des problèmes que connaissent ces projet sont imputables à une mauvaise gestion (contre juste 8% à des problèmes techniques) et seulement 2,5% des projets sont réalisés à l’intérieur des coûts. L’augmentation moyenne des coûts est de 70%. Avec de telles données, pas étonnant que les investisseurs soient frileux.


Mais après une si mauvaise performance, le secteur est en train de s’assainir, croit M. Pelletier. Émergent maintenant des gisements sous-évalués et de nouvelles sociétés démarrées par des dirigeants « qui pensent autrement et dirigent autrement».


 


 


 


image

Marketing de contenu

Mercredi 19 avril


image

Objectif Nord

Mardi 25 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 26 avril


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 21 septembre


image

Transports

Mardi 03 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

À surveiller: Cara, Valener et Teck

Que faire avec les titres de Cara, Valener et Teck?

L'accélération économique et l'inflation profitent aux ressources

Édition du 26 Novembre 2016 | Dominique Beauchamp

ZOOM. Sans prévoir un nouveau supercycle, de plus en plus de stratèges croient que le rebond des matières premières ...

OPINION Le «timing» est favorable pour le Plan Nord
18/11/2016 | François Normand
Les brèves de la semaine
Édition du 08 Octobre 2016 | Les Affaires
Samuel Giguère: entre la mine et la ferme
13/09/2016 | Antoine Dion-Ortega

À la une

Voilà ce qui risque le plus de stopper la hausse des marchés

14:26 | Jean Gagnon

Qu’est-ce qui mettra fin à la hausse boursière? Pour plusieurs gestionnaires, il n'y a pas de doute.

Kraft Heinz supprime 200 emplois au Canada et aux États-Unis

Kraft Heinz a mis à pied 200 travailleurs administratifs au Canada et aux États-Unis.

Endettement: et si le gouvernement était une famille?

BLOGUE. Ottawa nous a présenté un budget soporifique, mais inquiétant. Comparons avec une famille, pour voir.