Stingray, la créature d'Eric Boyko

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

Stingray, la créature d'Eric Boyko

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

Par Julien Brault

Eric Boyko.

On n'a pas fini d'entendre parler de l'entreprise montréalaise Stingray Digital qui exploite les chaînes musicales Galaxie au Canada (rebaptisées Stingray Musique). La société, qui a effectué un premier appel public à l'épargne (PAPE) le 3 juin, a alors fait une émission de 179,5 millions de dollars en tenant compte d'un placement privé de 18,3 M$. Malgré la taille de l'émission, son pdg, Eric Boyko, est parvenu à garder le contrôle de l'entreprise. Il a accepté de rencontrer Les Affaires le jour de l'introduction en Bourse de sa société.


Découvrez d'autres articles gratuits dans notre calendrier de l'avent


«Aujourd'hui, on a eu tout le monde, Bloomberg, le Wall Street Journal, a dit Eric Boyko, excité. Toi, qu'est-ce que tu peux faire de bon pour nous autres ? [...] Richard Speer était sur le cover [juron]. Je peux-tu l'avoir, le cover, moi aussi ?»


Eric Boyko a par la suite pris l'initiative d'appeler Rémi Marcoux, le fondateur à la retraite de TC Transcontinental [à qui appartient Les Affaires] devant l'auteur de ces lignes. Il ne lui a pas parlé de la première page du journal Les Affaires, mais le message était clair : il a le bras long.


L'anecdote met en lumière un des traits de caractère de M. Boyko : l'entêtement. Un entêtement qui lui a sans doute été utile dans le cadre des négociations des 18 acquisitions réalisées par Stingray depuis sa fondation en 2007. Ou encore pour obtenir des actionnaires une structure d'actions à droits de vote multiples, qui lui permet de conserver le contrôle des droits de vote (55,7 %) et de rester à la tête de Stingray aussi longtemps qu'il lui plaira. «Moi, je me vois comme Rémi avec Transcontinental [qui a présidé l'entreprise durant 35 ans]», a d'ailleurs déclaré le pdg de Stingray, en réponse à une question sur son plan de carrière.


Des acquisitions dans la mire


Grâce aux 104 M$ de capitaux propres qu'a engrangés Stingray (le reste des 179,5 M$ ayant été versés à des actionnaires sortants), l'entreprise se retrouve du jour au lendemain libérée de toutes ses dettes. Pour réaliser des acquisitions, l'entreprise dispose d'une marge de crédit de 125 M$ à 2,5 % d'intérêts, et c'est sans compter les flux de trésorerie positifs qu'elle génère : «L'année passée, on a fait 27 M$ de BAIIA et un flux de trésorerie disponible de 17 M$, mais maintenant qu'on a effacé notre dette, notre flux de trésorerie disponible passe à 21 M$», dit Eric Boyko.


Le pdg de Stingray compte ainsi poursuivre la stratégie qui a fait le succès de l'entreprise jusqu'à aujourd'hui. «Notre thèse d'investissement était très simple, évoque Pascal Tremblay, associé principal de Novacap, qui a investi dans Stingray en 2007. Tout le monde pensait qu'Apple, avec iTunes, avait gagné la bataille de la musique mondialement. On n'était pas d'accord, et le but était de faire une consolidation de tous les actifs en musique numérique [sous-évalués] dans le monde.»


Au fil des ans, Stingray a ainsi mis la main sur de nombreuses chaînes de télé musicales (75 % des revenus), de même que sur des fournisseurs de musiques commerciales (25 % des revenus), qui programment la musique qu'on peut entendre dans les commerces ou lorsqu'un centre d'appel nous met en attente.


Les entreprises qui appartiennent à ces créneaux ont l'avantage d'être rentables, mais aussi, d'être peu attrayantes aux yeux des investisseurs. «Stingray est en quelque sorte un plombier de la distribution de musique, observe Roger Entner, analyste en télécommunications chez Recon Analytics. Ce n'est pas une activité sexy, mais ce sera rentable tant que l'entreprise sera capable d'offrir des prix bas aux câblodistributeurs et d'avoir du volume.»


Dans les faits, Stingray pourrait devenir plus rentable à mesure qu'elle prendra de l'expansion à l'extérieur du Canada, où elle réalise encore 67 % de ses revenus. Essentiellement, Stingray paye des programmateurs musicaux pour alimenter ses chaînes musicales, mais peut distribuer ces chaînes à un nombre illimité de clients sans frais supplémentaires. «On économise sur le contenu, car on fait deux fois la même chaîne», dit Eric Boyko.


Maintenant que Stingray est en Bourse, les investisseurs s'attendent ainsi à ce que la société montréalaise multiplie les acquisitions. Marc Lecavalier, gestionnaire de portefeuille chez Fiera Capital, a acheté le titre pour le Fonds croissance Québec Banque Nationale à l'occasion du PAPE. Le gestionnaire mise ainsi sur la capacité de M. Boyko de continuer à exécuter sa stratégie : «Stingray ayant obtenu une bonne valorisation, elle va pouvoir se servir de sa monnaie boursière, de ses actions, pour faire des acquisitions dans le privé à des multiples inférieurs à celui qu'on attribue à la société publique». Marc Lecavalier a aussi misé sur Stingray en raison de la facilité à prédire ses revenus à long terme, l'entreprise signant des contrats de plusieurs années avec ses clients.


Le problème de la télé


Si Stingray met la main sur des actifs au rabais dans son créneau, c'est que les jours des chaînes télé musicales semblent comptés. En Amérique du Nord, les câblodistributeurs perdent des abonnés, tandis que Netflix prend de plus en plus de place avec son offre en ligne de films et d'émissions de télé. Même la chaîne HBO, jusqu'à tout récemment uniquement offerte par l'intermédiaire des câblos, a changé son fusil d'épaule en offrant sa chaîne directement aux consommateurs sur le Web.


Pour les mêmes raisons qu'elle se tourne vers Netflix, la nouvelle génération opte de plus en plus pour les radios Internet comme Spotify, Pandora et, bientôt, Apple Music. Or, Stingray Digital n'a aucune intention d'offrir ses chaînes musicales directement aux consommateurs. En ce sens, Stingray se positionne comme un défenseur du modèle établi des géants des télécommunications : «Comcast [un câblo américain] se bat contre Netflix et cie et elle va payer Stingray plus cher si elle croit que ses chaînes musicales vont l'aider à convaincre ses clients de lui préférer Netflix», indique Rob Goff, analyste chez Euro Pacific Canada.


Eric Boyko soutient n'avoir jamais pensé à aller jouer dans les platebandes de Spotify, essentiellement pour des raisons de rentabilité. «Spotify ne fait pas d'argent ! Elle a perdu 134 M$ l'an dernier. Nous, on est très contents de satisfaire 95 % de notre audience, même s'il y en a 5 % qui veut de la musique à la demande [ce qu'offre Spotify].»


Parce que Spotify permet à ses utilisateurs de choisir les chansons qu'ils souhaitent écouter, elle ne peut proposer de la musique sans le consentement des ayants droit. Stingray, pour sa part, verse des redevances préétablies par les sociétés de gestion collective de droits, ce qui lui permet de mieux gérer ses coûts et d'offrir n'importe quelle chanson. Cela ne l'empêche pas d'offrir son contenu sur les téléphones mobiles. D'ailleurs, Eric Boyko veut faire équipe avec des opérateurs mobiles souhaitant vendre à leurs clients l'application mobile de Stingray, jusqu'à aujourd'hui réservée aux abonnés du câble.


M. Boyko, qui ne voit pas Spotify comme une menace, fait valoir que le déclin de la télé est avant tout un phénomène nord-américain : «La télé [câblée] est une industrie mature au Canada et aux États-Unis, mais la télévision compte 800 millions d'abonnés dans le monde et sa croissance est incroyable. On s'en va vers 1,2 milliard d'abonnés ! Le Canada, c'est 10 millions d'abonnés, mais nous, on vise 1,2 milliard».


Malgré tout, il semble inévitable que l'industrie de la télé dans les marchés émergents finisse par rattraper l'Amérique du Nord et, ainsi, par décliner à son tour. Eric Boyko, du reste, semble à l'aise avec l'idée de jouer le rôle de consolidateur dans une industrie en déclin comme l'a fait Rémi Marcoux, le fondateur de TC Transcontinental, lui aussi comptable de formation. M. Boyko confie qu'il échangerait volontiers Stingray Digital contre TC Transcontinental, dont la part du lion des revenus provient de ses imprimeries : «C'est un consolidateur comme nous, et il a 500 M$ de BAIIA [NDLR : 360,4 M$ en 2014]. C'est pas mal. Demain matin, j'échangerais Stingray contre Transcon».


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

24/09/2018 | lesaffaires.com

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...