Québecor: une dépréciation d’actifs gruge les profits

Publié le 13/11/2012 à 07:06, mis à jour le 13/11/2012 à 07:41

Québecor: une dépréciation d’actifs gruge les profits

Publié le 13/11/2012 à 07:06, mis à jour le 13/11/2012 à 07:41

Par Stéphane Rolland

Photo:LesAffaires.com

Québecor subit les contrecoups des conditions difficiles dans l’industrie de la musique et des journaux. Le propriétaire d’Archambault et du Journal de Montréal a vu son bénéfice net reculé de 28,7 % en raison d’une charge de 187 M$.


« La Société a poursuivi sa croissance au troisième trimestre 2012 malgré un environnement commercial fortement concurrentiel dans la plupart de ses secteurs d'activité », a commenté Pierre Karl Péladeau, le pdg, dans un communiqué.


La charge de 187 M$ découle d’une dépréciation d’actifs en raison des conditions difficiles dans l’industrie des journaux et de la musique, conformément aux règles d’évaluation comptable.


Dans une moindre mesure, la charge de restructuration des activités d’exploitation, qui a augmenté de 36,8 M$, et les charges d’amortissement plus élevées de 15,7 M$ ont aussi grugé les profits.


Les revenus, pour leur part, avancent de 44,3 M$, une progression de 4,4 %, à 1,06 G$. Le bénéfice d’exploitation progresse de 10,4 % à 352,8 M$. Le bénéfice ajusté lié aux activités poursuivies avance de 30 % à 52,1 M$.

Sur le même sujet

À surveiller: Québecor, TransForce et Banque Scotia

04/03/2015 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Québecor, TransForce et Banque Scotia? Voici quelques recommandations.

Québecor met fin à l'aventure Sun News

13/02/2015

Tout a été tenté pour obtenir une pénétration de marché qui permette la survie d'une telle chaîne, assure la société.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bourse: «évitez d'essayer de prévoir la fin du marché haussier»

Le marché haussier fête son 6e anniversaire. Il a été généreux. Or, tenter de prédire sa fin est une stratégie perdante

La Chine ralentit, le Plan Nord en pâtit

BLOGUE. En Chine, le rythme effréné des années 2000 est chose du passé.

La Société Terminaux Montréal Gateway vendue à un consortium québécois

Mené par Fiera Axium, le consortium comprend Desjardins, Manuvie , le Fonds de solidarité et l'Industrielle Alliance.