Les murs payants érigés par les médias feront il fuir les lecteurs?

Publié le 18/12/2012 à 14:28, mis à jour le 17/10/2013 à 11:57

Les murs payants érigés par les médias feront il fuir les lecteurs?

Publié le 18/12/2012 à 14:28, mis à jour le 17/10/2013 à 11:57

Par La Presse Canadienne

Qu'ils soient salués comme l'avenir des médias en ligne ou dénoncés comme des obstacles à la libre circulation de l'information numérique, les murs payants font jaser, et leur multiplication au Canada devrait faire grimper le débat d'un cran ces prochains mois.


Le concept en soi demander aux lecteurs de payer pour pouvoir accéder à du contenu journalistique n'est pas nouveau, mais il est de plus en plus privilégié par les entreprises de presse au pays.


L'industrie des journaux y voit là une évolution naturelle et nécessaire. Mais les Canadiens sont-ils prêts à allonger leur numéro de carte de crédit pour s'inscrire?


Même s'ils jugent qu'il est toujours trop tôt pour se prononcer, des observateurs avertissent ceux qui espèrent voir ces murs payants s'écrouler: ils pourraient devoir attendre longtemps avant de lire leur quotidien gratuitement.


"Je crois que les murs payants sont là pour rester", a estimé Vincent Mosco, un professeur de sociologie de l'Université Queen qui étudie l'industrie des médias. "Je crois qu'il s'agit d'un développement inévitable, même s'il n'y a aucune garantie de succès."


Selon les experts, le journalisme de qualité coûte beaucoup d'argent, et le déclin des revenus publicitaires des médias imprimés, jumelé aux ventes stagnantes de publicités sur Internet, a créé des dilemmes pour plusieurs groupes de presse.


Le ralentissement économique de 2008 a cristallisé le problème en réduisant les dépenses publicitaires en général, et en forçant plusieurs consommateurs à économiser, notamment en annulant leurs abonnements aux journaux et à d'autres produits imprimés, a noté M. Mosco.


Sur le même sujet

Internet : La Doré, une ville du Saguenay–Lac-Saint-Jean à l’ère des dinosaures

17:12 | TC Media

À La Doré, une municipalité située à 19 kilomètres de Saint-Félicien, l’Internet haute vitesse n'est pas un acquis.

Internet : Même en banlieue de Montréal, la haute vitesse n'est pas acquise

27/02/2015 | TC Media

Une soixantaine de résidences de secteurs ruraux de Varennes et Saint-Amable n’ont toujours pas accès à la haute vitesse

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le Bureau de la concurrence autorise Groupe TVA à acheter les magazines de TC Media

Le Bureau de la concurrence autorise l'achat des magazines de TC Media par le Groupe TVA pour un montant de 55,5M$.

Bourse: le Nasdaq repasse au-dessus des 5000 points, Rona à un sommet annuel

Mis à jour à 17:01 | LesAffaires.com et AFP

Wall Street a fini en hausse lundi, le Nasdaq dépassant la barre des 5000 points pour la première fois en 15 ans.

Ottawa investit 17M$ à l'aéroport Saint-Hubert

Ottawa annonce un investissement de 17 millions $ sur trois ans à l'aéroport Saint-Hubert de Longueuil.