Les murs payants érigés par les médias feront il fuir les lecteurs?

Publié le 18/12/2012 à 14:28, mis à jour le 17/10/2013 à 11:57

Les murs payants érigés par les médias feront il fuir les lecteurs?

Publié le 18/12/2012 à 14:28, mis à jour le 17/10/2013 à 11:57

Par La Presse Canadienne

Qu'ils soient salués comme l'avenir des médias en ligne ou dénoncés comme des obstacles à la libre circulation de l'information numérique, les murs payants font jaser, et leur multiplication au Canada devrait faire grimper le débat d'un cran ces prochains mois.


Le concept en soi demander aux lecteurs de payer pour pouvoir accéder à du contenu journalistique n'est pas nouveau, mais il est de plus en plus privilégié par les entreprises de presse au pays.


L'industrie des journaux y voit là une évolution naturelle et nécessaire. Mais les Canadiens sont-ils prêts à allonger leur numéro de carte de crédit pour s'inscrire?


Même s'ils jugent qu'il est toujours trop tôt pour se prononcer, des observateurs avertissent ceux qui espèrent voir ces murs payants s'écrouler: ils pourraient devoir attendre longtemps avant de lire leur quotidien gratuitement.


"Je crois que les murs payants sont là pour rester", a estimé Vincent Mosco, un professeur de sociologie de l'Université Queen qui étudie l'industrie des médias. "Je crois qu'il s'agit d'un développement inévitable, même s'il n'y a aucune garantie de succès."


Selon les experts, le journalisme de qualité coûte beaucoup d'argent, et le déclin des revenus publicitaires des médias imprimés, jumelé aux ventes stagnantes de publicités sur Internet, a créé des dilemmes pour plusieurs groupes de presse.


Le ralentissement économique de 2008 a cristallisé le problème en réduisant les dépenses publicitaires en général, et en forçant plusieurs consommateurs à économiser, notamment en annulant leurs abonnements aux journaux et à d'autres produits imprimés, a noté M. Mosco.


Sur le même sujet

Google déçoit et tente de désamorcer les doutes

29/01/2015

«Nous avons enregistré une solide performance en publicité», fait valoir le Québécois Patrick Pichette.

Entrevue n°233: Rachel Haot, chef du numérique, État de New York

Édition du 31 Janvier 2015 | Diane Bérard

Montréal a dévoilé son plan numérique le 29 janvier. Les Affaires en profite pour interviewer Rachel Haot, ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

De tuile en tuile pour Bombardier et des chicanes à prévoir

31/01/2015 | René Vézina

Bombardier fait régulièrement les manchettes depuis le début de l’année mais pas pour les bonnes raisons.

REER ou RVER : lequel choisir ?

31/01/2015 | Dominique Lamy

Faut-il préférer le RVER, ce nouveau venu, au bon vieux REER?

Dix tendances en tourisme pour 2015

Édition du 31 Janvier 2015 | Martin Jolicoeur

S’il existe une industrie qui n’évolue pas en vase clos, c’est bien celle du tourisme. ...