La Presse élimine le papier... et 49 postes

Publié le 01/06/2017 à 12:33

La Presse élimine le papier... et 49 postes

Publié le 01/06/2017 à 12:33

C'est la fin totale de l'édition papier du quotidien La Presse: en 2018, il sera à 100% numérique.


La Presse a fait savoir jeudi que sa dernière édition en papier journal sera publiée et distribuée le samedi 30 décembre. Cette mesure se traduira par la suppression de 49 emplois réguliers et temporaires, selon la direction, qui précise que la totalité des départs s'effectuera sur une période allant jusqu'au début de 2018.


La publication papier sur semaine avait cessé le 1er janvier 2016.


Il s'agit de la suite de la transition vers le numérique, a indiqué le quotidien dans un communiqué diffusé jeudi.


L'abandon de La Presse du samedi version papier ne devrait pas être trop douloureuse pour ses lecteurs, selon la direction. Elle soutient que suite à l'arrêt de l'édition papier en semaine, la grande majorité de ses lecteurs ont rapidement modifié leurs habitudes pour adopter La Presse + (l'application pour tablette) en semaine, mais aussi la fin de semaine.


À titre d'exemple, le quotidien indique qu'en 2016 seulement, La Presse + a connu une hausse de 18,7% de son auditoire, la moyenne quotidienne des ouvertures se chiffrant en date d'aujourd'hui à plus de 273 000 tablettes uniques.


Selon les données de La Presse, 90% de ses revenus publicitaires proviennent des plateformes numériques.


Les syndicats déplorent les compressions


Les syndicats de La Presse déplorent ces nouvelles coupes. «Au total, celles-ci se chiffrent par centaines depuis une dizaine d'années», ont-ils indiqué par voie de communiqué.


L'enjeu de la sécurité d'emploi est au coeur des négociations pour le renouvellement des conventions collectives. D'autant plus que celle-ci vient d'être confirmée par une décision arbitrale, précisent les syndicats.


Le 25 mai dernier, le Syndicat des travailleurs de l'information de La Presse (CSN) (STIP) et le Syndicat des employés de bureau et de journaux (CSN) (SEBJ) ont eu gain de cause relativement aux dispositions touchant à la sécurité d'emploi. La décision ordonnait la réintégration de 26 employé, dont 10 à la rédaction et 16 dans les bureaux, qui avaient été licenciés illégalement en septembre 2015. «Les syndicats vont s'assurer que ces clauses seront scrupuleusement respectées par l'employeur», insistent-ils. 


Les représentants syndicaux font valoir qu'ils ont proposé des solutions concrètes permettant des économies importantes à la direction.


Des ententes sur des programmes de départ seront aussi présentées lors d'assemblées générales dans les trois autres syndicats.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Un analyste voit d'importantes pertes à La Presse

07/08/2018 | François Pouliot

Pour ses 3 derniers mois chez Power Corp.,La Presse a enregistré des pertes de 12 à 16 M$, estime un analyste de CIBC.

La Presse : de l'échec du modèle d'affaires à l'enjeu de la pérennité

Édition du 19 Mai 2018 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. C'était un secret de polichinelle que le modèle d'affaires de La Presse, basé sur la publicité comme ...

À la une

10 choses à savoir mardi

Il y a 50 minutes | Alain McKenna

L'IA canadienne éthique mais impopulaire, comment sauver les piétons à Montréal, les tracteurs électriques débarquent!

Et si on révolutionnait la manière de calculer vos impôts?

BLOGUE. Notre système fiscal est rafistolé et plutôt inéquitable. Pourquoi ne pas le rebâtir sur de nouvelles bases?

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

07:02 | LesAffaires.com et AFP

La Chine a «le couteau sous la gorge».