Exfo: une ex-dirigeante de Nortel quitte pour «des raisons personnelles»

Publié le 20/11/2012 à 15:41, mis à jour le 18/10/2013 à 13:59

Exfo: une ex-dirigeante de Nortel quitte pour «des raisons personnelles»

Publié le 20/11/2012 à 15:41, mis à jour le 18/10/2013 à 13:59

Par Martin Jolicoeur

Susan Spradley quitte Exfo «pour des raisons personnelles»

À peine un an après sa nomination, la société Exfo de Québec devra se priver de l’expérience d’une de ses plus précieuses conseillères en télécommunication.


De fait, l’ancienne dirigeante de Nortel et directrice, Amérique du Nord, de Nokia Siemens Network, Susan Spradley, a remis sa démission à titre de membre du conseil d’administration d’Exfo. 


Dans un très bref communiqué, diffusé à l’ouverture des marchés ce matin, la direction d’Exfo évoque «des raisons personnelles» pour expliquer le départ surprise de sa seule administratrice au conseil. Cette dernière s’était jointe au conseil d’administration de la société de Québec en octobre 2011.


Avant de se joindre à Nokia Siemens Networks, Mme Spradley avait occupé des postes de dirigeante chez Nortel Networks, dont celui de présidente des opérations et services mondiaux, présidente mondiale de la définition de produits et des ventes nord-américaines, et vice-présidente du service à la clientèle et des opérations.


Au moment de sa nomination, le président d’Exfo, Germain Lamonde, avait déclaré que Mme Spradley apportait à la société «une vaste connaissance de l'industrie, de multiples relations d'affaires et une excellence opérationnelle». 


«Tout ce bagage, poursuivait-il, devait aider Exfo «à renforcer sa position de chef de file mondial du secteur des tests et de l'assurance de services télécoms sans fil et filaires.»


L'entreprise de Québec ne compte plus aujourd'hui que cinq administrateurs à son conseil, dont quatre indépendants. À l'arrivée de Mme Spradley, en octobre 2011, le conseil comptait sept membres.


Susan Spradley est titulaire d’un baccalauréat en informatique de la University of Kansas, et a complété un programme de gestion de la Harvard University Business School. Elle a, de plus, déjà fait partie du National Security Telecommunications Advisory Committee, un comité consultatif relevant du président des États-Unis.


Peu avant 15h30 aujourd'hui, l'action d'Exfo se négociaite à 4,60$ à la Bourse de Toronto, en baisse de 0,04$ ou de 0,86% depuis le début de la journée. Depuis le début de la journée, le titre d'Exfo a reculé de 1,48$ ou de 24,18%.


 

EXFO Ingénierie électro-optiqu

EXF
4,66 $
-1,89 %

Nokia

NOK
7,58 $
-1,94 %

Siemens A G

SI
0,00 $
0,00 %

Sur le même sujet

À surveiller: Exfo, Lumenpulse et Dollarama

25/03/2015 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Exfo, Lumenpulse et Dollarama? Voici quelques recommandations d'analystes.

Exfo renoue avec la rentabilité, mais ses ventes stagnent

25/03/2015

La société de Québec a confiance d'afficher une croissance marquée de sa rentabilité en 2015 et par la suite.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Jacques Daoust veut que Manac reste québécoise

Jacques Daoust souhaite que l'entreprise beauceronne Manac demeure sous contrôle québécois.

Les philanthropreneurs, nouveaux superhéros

BLOGUE. On transforme les philanthropreneurs en superhéros pour oublier que nos gouvernements nous laissent tomber.

Le salaire de Pierre Beaudoin a reculé en 2014

L'ancien président et chef de la direction de Bombardier, Pierre Beaudoin, a vu son salaire reculer de 14% en 2014.