Actualité, Châtelaine et Loulou: Rogers sabre 80% de l'effectif

Publié le 29/11/2016 à 16:52

Actualité, Châtelaine et Loulou: Rogers sabre 80% de l'effectif

Publié le 29/11/2016 à 16:52

Par Matthieu Charest

Selon plusieurs sources colligées par Les Affaires, la vaste majorité des employés des publications francophones de Rogers sont mis à pied au Québec. Selon ces informations, il ne resterait aujourd’hui plus qu’une douzaine d’employés à l’emploi de la torontoise, soit une partie de l’équipe du magazine Châtelaine.


En tout, sur une soixantaine d’employés au total, près d’une cinquantaine perdent leur emploi.


L’équipe a appris la nouvelle aujourd’hui. Des compensations financières sont prévues.


Un acheteur est sur les rangs pour acheter l’Actualité. Si la transaction va de l’avant, cet acquéreur mystère pourrait choisir de réembaucher l’équipe actuelle ou une partie.


Il y a quelques jours l'entrepreneur Alexandre Taillefer confiait être intéressé par l'achat du magazine l'Actualité. Les sources ne confirment pas l'identité de l'acheteur intéressé.


Mardi, Rogers a annoncé qu'elle allait fermer le magazine Loulou et diminuer à six parutions par année le magazine Châtelaine.

Sur le même sujet

On parle des régions juste quand ça va mal

28/02/2016 | René Vézina

BLOGUE. Pourquoi parler des petites municipalités québécoises juste pour citer les problèmes qu'elles rencontrent?

Pour La Presse, est-ce vraiment le bon choix?

16/09/2015 | René Vézina

BLOGUE. La direction du quotidien prend un pari dont la réussite va dépendre de plusieurs facteurs.

À la une

Gare aux profiteurs

Édition de Novembre 2017 | Kathy Noël

Jalousie, attentes, rejet... Un gain d'argent soudain peut susciter la convoitise et le mécontentement.

«Chaque jour de gens nous contactent pour investir dans la crypto»

10/12/2017 | LesAffaires.com et AFP

Les investisseurs institutionnels rechignent encore à s'impliquer. Mais la demande reste «hallucinante».

Entrepreneurs, il est temps de vous mettre au mandarin...

10/12/2017 | François Normand

Grâce à un accord de libre-échange avec la Chine, nos entreprises pourraient vendre facilement. Analyse des impacts.