Pour les manufacturiers, il faut jouer d'égal à égal avec Trump

Publié le 04/04/2017 à 14:10

Pour les manufacturiers, il faut jouer d'égal à égal avec Trump

Publié le 04/04/2017 à 14:10

Par François Normand

Assez, c’est assez. Face à la montée du protectionnisme aux États-Unis, les Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC) demandent à Ottawa d’exiger la réciprocité aux États-Unis en matière d’infrastructures.


En vertu du principe de réciprocité, le pays A accorde aux entreprises originaires du pays B le même traitement que ce dernier accorde aux sociétés du pays A. Si B ouvre ses marchés, A ouvre les siens. Par contre, si B ferme les siens, A doit faire de même.


Dans une lettre envoyée au ministre canadien de l’Infrastructure et des Collectivités dont Les Affaires a obtenu copie, le président des MEC lui demande d’assurer aux manufacturiers du Canada un meilleur accès au marché américain des infrastructures, et ce, en adoptant le principe de réciprocité.


«Le gouvernement canadien doit être ferme dans ses positions à l’effet que si les États-Unis veulent un accès favorable au marché canadien des infrastructures, ils doivent exempter les manufacturiers canadiens de l’application de toutes les préférences de contenu local telles que le Buy America et le Buy American», affirme le président Dennis A. Darby.


Sur le même sujet en analyse Le Canada est-il l'invité d'un dîner de cons?


L’envoi de cette lettre au ministre Amarjett Sohi survient alors que les États-Unis demanderont sans doute un meilleur accès au marché des infrastructures au Canada et au Mexique dans le cadre de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).


De plus, en vertu sa politique «Buy America First», l’administration Trump veut que les produits fabriqués aux États-Unis soient privilégiés dans tous les projets d’infrastructures qui seront financés par le gouvernement fédéral.


Pour relancer l’économie américaine et créer des emplois aux États-Unis, l’administration Trump veut investir 1 000 milliards de dollars américains (1 341 G$CA) sur 10 ans pour construire et restaurer les infrastructures du pays.


En termes de valeur, ce programme représente environ 65% de la valeur de l’ensemble du PIB du Canada, ce qui représente d’innombrables occasions d’affaires pour les manufacturiers canadiens.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Buy America: des sociétés québécoises forcées d'acheter plus aux États-Unis

16/10/2017 | François Normand

Depuis le 1er octobre, le Buy America exige un seuil de 65% de contenu américain dans les projets de transport public.

L'Ontario songe au protectionnisme pour contrer le Texas

29/05/2017 | François Normand

Le Texas songe à étendre les dispositions du Buy American a pratiquement toutes les agences gouvernementales de l'État.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: