David contre Goliath dans le marché du ciment

Publié le 09/06/2017 à 06:00

David contre Goliath dans le marché du ciment

Publié le 09/06/2017 à 06:00

Par François Normand

[Photo: 123rf]

C’est pratiquement David contre Goliath. Deux PME québécoises, Prodexim International et Les Émulsions Bourget, unissent leurs forces pour s’attaquer au marché nord-américain des adjuvants, un intrant utilisé par les cimentiers dans la fabrication du ciment. Ce marché est contrôlé par une poignée de multinationales.


«Notre produit change les caractéristiques du ciment pour le rendre plus résistant», affirme au bout du fil Gabriela Buca, présidente et chef de la direction de Prodexim International, une PME de Brossard sur la rive sud de Montréal.


Spécialisée dans la R-D, cette dernière commercialise un adjuvant liquide pour les cimentiers. De leur côté, Les Émulsions Bourget sont une division des Entreprises Bourget, à Joliette. L'entreprise fabrique le liquide élaboré par Prodexim International.


Prodexim International affirme que son produit permet aux cimenteries de réduire de 10 à 15% leur consommation d’énergie et leurs coûts pour broyer le clinker, un constituant du ciment.


De plus, le produit de la PME permet aux cimenteries de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Les cimenteries émettent beaucoup de GES. Chaque tonne de ciment produite émet environ une tonne de CO2.


Une concurrence féroce


Le périple des deux entreprises québécoises ne sera pas de tout repos, car Prodexim International et Les Émulsions Bourget font face à une forte concurrence dans l’industrie des adjuvants, surtout en Amérique du Nord.


Chez celle-ci, on compte des multinationales comme l’américaine Grace, la française Chryso et la suisse Sika.


Le marché américain est néanmoins particulièrement intéressant pour les deux entreprises québécoises.


En 2015, la production de ciment a atteint près de 85 millions de tonnes métriques, selon la Portland Ciment Association, qui représente 93% des producteurs aux États-Unis.


Pour se démarquer de la concurrence, les deux PME québécoises ne miseront pas sur le prix, car les adjuvants sont devenus une «commodité» qui n’a presque pas évoluée depuis des décennies, selon eux.


«Nous miserons sur la qualité-prix», souligne Luc Delangis, président des Émulsions Bourget, en précisant que cela nécessitera un «travail d’éducation» pour convaincre les cimentiers d’acheter les adjuvants de Prodexim International.


Les deux entreprises ont développé une formule qui permet aux cimentiers de tester à petite échelle les adjuvants, et ce, sur une période de 28 jours (le temps requis pour vérifier la qualité du ciment).


Ainsi, les cimentiers n’ont pas besoin de laisser tomber du jour au lendemain les adjuvants qu’ils utilisent déjà. L’enjeu est de taille : une cimenterie peut produire de 50 à 60 tonnes de ciment à l’heure.


Le principal risque d’affaires


Le principal risque d’affaires de l’entreprise en est un de crédibilité, estime Gabriela Buca.


«La concurrence va jouer sur notre image, sur nos capacités techniques et sur notre taille», dit-elle.


Les deux entreprises québécoises restent d’ailleurs volontairement floues sur leur chiffre d’affaires. Ensemble, Prodexim International et Les Émulsions Bourget affirment afficher des revenus qui dépassent les 100 millions de dollars canadiens.


À titre de comparaison, le fabricant d’adjuvants Grace a réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 milliard de dollars américains en 2016.


 


 

À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

Sur le même sujet

Abolition du placement syndical dans la construction: un premier jugement rendu

La Cour du Québec a ainsi reconnu coupable un représentant syndical de la FTQ-Construction.

Chicago Bridge: des engagements qui pesaient lourds

BLOGUE INVITÉ. Un élément perçu positivement par les investisseurs peut s'avérer une vraie menace.

À la une

Vidéo: TJX, un antidote à la vente de vêtements en ligne?

GESTIONNAIRES EN ACTION. TJX (Winners et Home Sense au Québec) est-il un antidote à Amazon en commerce de détail?

Pouvez-vous répondre à ces 3 petites questions?

BLOGUE INVITÉ. Ce n'est pas en demeurant ignorant sur la finance que l'on contrera les inégalités de richesse!

Le calendrier de l'investisseur (semaine du 21 août 2017)

Mis à jour à 09:30 | lesaffaires.com

Chaque semaine, Les Affaires vous présente les prévisions des analystes concernant les résultats à venir cette semaine.