Un tout inclus 5 étoiles... à Saint-Lambert

Publié le 08/09/2016 à 11:51

Un tout inclus 5 étoiles... à Saint-Lambert

Publié le 08/09/2016 à 11:51

Par Matthieu Charest

Vue du Vic&Lambert, un autre projet de LSR GesDev [Crédt: LSR GesDev]

Dans la mouvance des unités en location haut de gamme, le nouveau projet Loggia voit le jour à Saint-Lambert, a appris Les Affaires en exclusivité. Non seulement le bouquet de services offerts étonne de par son ampleur, le projet repose sur une nouvelle tendance, le modulaire «multimaisons».


Suivez-moi sur LinkedIn.


Suivez-moi sur Twitter.


Issu d’un partenariat entre LSR GesDev, Industries Bonneville et le fond immobilier Ipso Facto, Loggia comptera quatre phases et 241 unités en location au total. L’investissement est évalué à 70 millions de dollars.


«On sent une forte demande pour du locatif, mais haut de gamme, explique Éric Bonneville, coprésident des Industries Bonneville. Beaucoup de baby-boomers veulent “briser maison” : ils recherchent une vie plus simple, mais confortable. Ils veulent se gâter».


Parmi les services projetés au sein du Loggia: services de livraison à domicile par une boulangerie, un nettoyeur et un laitier, ateliers d’entretien pour vélos, lave-auto, service pour promener les chiens, Wi-Fi dans les aires communes, vues sur la métropole, électricité et climatisation incluse, grands balcons privés, walk-in et vestibules (entre la porte d’entrée privée et l’appartement).


«On se questionne aussi sur comment rendre le paiement du loyer le plus simple possible, offrir des cours de yoga, de l’entretien ménager ou des services d’entraîneurs, révèle Annie Lemieux, présidente de LSR GesDev, qui est notamment derrière Arbora, à Griffintown.


Mais parce que rien n’est gratuit dans la vie, les loyers seront assez élevés. Pour les 42 unités d’une chambre, et les 199 unités de deux chambres, le loyer mensuel variera entre 1 200 $ et 1 800 $.


Comme quoi le produit s’adresse à une clientèle bien ciblée. Des gens en moyens, à la recherche de liberté, de temps libre.


«On associe beaucoup l’innovation aux technologies, remarque Mme Lemieux, pourtant ce que tout le monde veut, c’est plus de temps. Nous, nous innovons en pensant au moindre détail qui va faciliter la vie de nos locataires. Comme un vol sans escale, je veux que ce soit le plus simple possible».


Vue du Vic&Lambert, un autre projet de LSR GesDev [Crédt: LSR Gesdev]

«Mega Bloks» de luxe


Outre l’aspect haut de gamme du projet locatif, une autre tendance suscite l’intérêt. Au lieu de bâtir le Loggia sur place, chaque unité sera conçue en usine et incorporée au projet. Un peu comme des petites maisons indépendantes qui feront partie d’un ensemble.


Un technique modulaire qui offre de nombreux avantages. D’abord, au niveau du confort. Puisque chaque «bloc» possède sa propre coquille (plafonds, planchers et murs), l’insonorisation est optimale. Un «sas», un vestibule, est planifié dans chaque unité, augmentant ainsi le sentiment de sécurité et d’intimité.


Bien sûr, la technique coûte plus cher de matériaux, mais l’investissement en vaut la chandelle, estime Éric Bonneville.


«Un bon ouvrier en usine nous coûte 15$ l’heure, alors que sur un chantier, c’est plutôt 65$. En plus, la productivité du travailleur en usine, dans un environnement contrôlé, à l’abri des aléas climatiques, est plus élevée». 


Annie Lemieux, présidente de LSR GesDev, est convaincue des bénéfices du modulaire. «J’ai été impressionnée par les produits de Bonneville. Ça nous permet de respecter les coûts et les délais. Il n’y a pas de bonnes raisons, à l’instar du monde des finances, que nous ne soyons pas rigoureux».


La fin des aires communes?


Après avoir multiplié les études auprès de ses clients, M. Bonneville est arrivé à la conclusion que les gens ne veulent pas plus de gyms, de terrasses communes ou de halls d’entrée grandioses. «Ce que j’ai compris, c’est qu’il faut investir dans les unités, pas dans les espaces communs. Les gens veulent leur propre grand balcon», dit-il.


Si le projet remporte le succès escompté, les Industries Bonneville, comme LSR GesDev, veulent répéter le concept partout au Québec, en Ontario, et pourquoi pas, aux États-Unis. 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les baby-boomers préfèrent rénover plutôt qu'acheter

Six sur dix d'entre eux choisissent de rénover leur maison actuelle plutôt que d'acheter une nouvelle maison.

Milléniaux vs. baby-boomers, le film apocalyptique

06/08/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Un film inspiré d'un manga illustre à merveille le choc générationnel qui se profile à l'horizon...

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.