Tour Manuvie: Ivanhoé inaugure sans locataire confirmé au sommet

Publié le 28/11/2017 à 10:57

Tour Manuvie: Ivanhoé inaugure sans locataire confirmé au sommet

Publié le 28/11/2017 à 10:57

Par Martin Jolicoeur

Construit au coût de 224 M$, la Tour Manuvie suit de deux ans l'inauguration de la tour Deloitte, à quelques coins de rue vers le sud.

Les trois étages du sommet, que s’arrachent d’ordinaire les locataires de prestige, n’ont pas encore trouvé preneur. N’empêche, les propriétaires de la Maison Manuvie, la toute dernière-née des tours de bureaux du centre-ville de Montréal, font mine de ne pas s’en inquiéter.


«C’est excellent comme situation, martèle sans sourciller, Bernard Poliquin, vice-président principal, bureaux, pour le Québec, d’Ivanhoé Cambridge.  Le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a entrepris en 2014 la construction de cette nouvelle tour de 27 étages, de concert avec Manuvie, copropriétaire à 50%.


«Ce sont nos meilleurs espaces. Notre filet mignon, a soutenu le représentant d’Ivanhoé, en parcourant les planchers déserts du sommet, qui offre une vue imprenable sur tout le centre-ville, le mont-Royal, le fleuve et la Montérégie. Nous sommes en discussion avec plusieurs prospects (locataires potentiels). Alors, quand le bon client se présentera, nous aurons de quoi le satisfaire.» 


Située au 900 boulevard de Maisonneuve Ouest, la nouvelle Maison Manuvie a été érigée pour la somme de 224M$, dans les délais initialement annoncés de deux ans et demi. L’édifice de 120 mètres de hauteur et de catégorie AAA, compte six étages de stationnement hors-sol, un garage de 125 vélos avec casiers et douches au rez-de chaussée, et 21 étages d’espaces de bureau, pour une superficie locative totale de 485 800 pi2 (ou 45 100 m2).


À sa soirée d’inauguration hier soir, la tour était louée à 83%. Un taux qui, dans le contexte actuel du marché, avec un peu plus de 12% de vacances en moyenne dans les bureaux de catégories A au centre-ville de Montréal, semble satisfaire pleinement les propriétaires des lieux.


À titre de comparaison, à pareille date il y a deux ans, Cadillac-Fairview, société appartenant au Régime de retraite des enseignants de l’Ontario, inaugurait la Tour Deloitte, un édifice de 24 étages, voisine du Centre Bell et de la Gare Windsor, avec un taux d’occupation de 70%.


Trois locataires principaux


Le principal locataire de la tour sera Manuvie qui, depuis le rachat des activités canadiennes de Standard Life, cherchait à regrouper ses activités au sein d’un même édifice. Ce sera chose faite une fois que ses quelques 2 000 employés auront terminé de s’installer sur les onze étages de 25 000pi2 chacun, qu’occupera la société d’assurance, entre le 9e et le 19e étage. 


Apparaissant tout juste à droite de la tour Scotia sur cette photo, la tour Manuvie aura pris douze ans à voir le jour depuis que la Caisse a acheté en 2005 ce terrain, voisin à l'époque du légendaire Ben's Deli.

À compter de 2018,  ce sera au tour des quelque 750 employés de la société Ernst & Young à y prendre place sur 86 000pi2, ou trois étages. Ils seront suivis la même année, de ceux de Boralex, dont Cascades s’est complètement retirée en juillet dernier. 


Malgré un taux de vacances qui demeure encore aujourd’hui à l’avantage des locataires, le vice-président d’Ivanhoé Cambridge pour le Québec ne craint pas que la tour de Manuvie et ses presque 500 000 pi2 d’espaces de bureaux ajoutés à l’offre actuelle ne vienne déstabiliser le marché du centre-ville. 


Un marché difficile


Cela faisait douze ans qu’Ivanhoé Cambridge avait acheté ce terrain, utilisé faute de mieux pendant ce temps, comme parc de stationnements à ciel ouvert. À une autre époque, il aurait été voisin du légendaire Ben’s Deli, fermé en 2006 pour laisser place à l’Hôtel Saint-Martin.


«Oui ça a été long. Très long, reconnaît M. Poliquin du bout des lèvres. Mais ça prenait un alignement des astres, ce qui s’est produit avec les nouveaux besoins de Manuvie. Nous avions un site qui correspondait parfaitement à leurs besoins.»


La location d’espaces dans ce type d’édifice du centre-ville de Montréal avoisine aisément, selon les étages, les 50$ à 55$ le pi2 par année. Les étages du sommets dépasseraient eux les 60$ le pi2.


Qu’à cela ne tienne, chez Ivanhoé, personne ne semble s’inquiéter des étages restants à louer. «Les choses bougent. Vous verrez. Je ne suis pas inquiet. Les astres vont finir par s’aligner de nouveau.»


Il s’agit du cinquième édifice de bureaux appartenant à la Caisse de dépôt au centre-ville de Montréal. Elle compte aussi la Place Ville-Marie,  le 1000 De la Gauchetière, l’Édifice Jacques-Parizeau et le Centre du commerce mondial. Du nombre, seule la propriété de la Maison Manuvie est partagée avec un tiers.

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Boralex acquiert des participations dans 5 parcs éoliens québécois pour 215 M$

L'entreprise montréalaise a en outre relevé sa prévision de croissance pour son exercice 2019.

Boralex met la main sur Kallista Energy Investment

20/04/2018 | lesaffaires.com

La société québécoise devient le plus important producteur éolien indépendant en France.

À la une

Washington saisit l'OMC contre le Canada

16/07/2018 | AFP

Pour contester les mesures prises en représailles aux taxes américaines sur l'acier et l'aluminium.

Crypto: la Régie autorise le tarif dissuasif d'Hydro-Québec

Mis à jour le 16/07/2018 | Julien Arsenault, PC

Hydro-Québec pourra imposer un tarif dissuasif aux mineurs de cryptomonnaies, comme le Bitcoin, et promoteurs de ...

Uber cible d'une enquête pour discriminations sexuelles

16/07/2018 | AFP

Le groupe américain Uber fait l'objet d'une enquête aux Etats-Unis sur des accusations de discriminations ...