Les ventes de maisons de luxe baissent à Vancouver et à Toronto

Publié le 23/10/2018 à 16:44

Les ventes de maisons de luxe baissent à Vancouver et à Toronto

Publié le 23/10/2018 à 16:44

Par La Presse Canadienne

Les ventes de maisons de luxe dans deux des marchés les plus coûteux du Canada ont baissé par rapport à l’année dernière, le marché de l’immobilier haut de gamme subissant l’effet des taxes destinées aux acheteurs étrangers.


Dans un rapport annuel, le courtier immobilier Re/Max a indiqué que les ventes de maisons individuelles coûtant entre 1 million $ et 2 millions $ avaient chuté de 35 % par rapport à l’an dernier à Toronto et à Vancouver.


Les maisons individuelles de 2 millions $ à 3 millions $ ont chuté de 50 % à Toronto et de 22 % à Vancouver.


Les maisons vendues pour plus de 3 millions $ ont chuté de 44 % à Toronto et de 45 % à Vancouver.


L’Ontario et la Colombie-Britannique ont introduit des taxes pour les acheteurs étrangers, tandis que la Colombie-Britannique a également augmenté les taxes de cession immobilière et les taxes scolaires pour les logements de plus de 3 millions $.


Bien que les ventes d’habitations de luxe s’affaiblissent, les ventes dans le segment inférieur du marché des copropriétés de luxe dans les villes ont connu une hausse alimentée principalement par les milléniaux qui puisent dans leur héritage, et les baby-boomers


à la recherche de plus petites demeures, indique le rapport.


Les ventes de copropriétés valant entre 1 million $ et 2 millions $ ont augmenté de 2 % d’une année à l’autre à Toronto et de six pour cent à Vancouver. Les ventes de copropriétés dans cette gamme de prix ont grimpé de trois pour cent à Calgary, tandis qu’elles ont gagné 19 % à Victoria.


La copropriété la plus dispendieuse vendue à Toronto depuis le début de 2018 s’est écoulée pour 11,5 millions $, un prix supérieur de 8 millions $ à celui de la copropriété la plus chère de 2017. À Vancouver, la copropriété la plus dispendieuse vendue jusqu’à maintenant cette année valait 11,7 millions $, une hausse de 34 % par rapport à celle de l’an dernier, qui s’était vendue pour 8,7 millions $.


Selon le vice-président exécutif de Re/Max pour l’Ouest canadien, Elton Ash, la taxe visant les acheteurs étrangers a eu une incidence, ouvrant davantage de possibilités aux acheteurs locaux pour pénétrer le marché du luxe.


« En conséquence, les acheteurs locaux alimentent la demande pour les condos de luxe à l’approche de 2019, ce qui est une bonne nouvelle pour les promoteurs des grands centres urbains qui cherchent à construire davantage de propriétés », a souligné M. Ash.


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.