Les dead malls reprennent vie

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Août 2015

Les dead malls reprennent vie

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Août 2015

slide-image

Mayfield Mall avant

Ouvert en 1966, l’ancien Mayfield Mall, de Mountain View en Californie, est actuellement occupé par Google Glass.

Mayfield Mall avant
slide-image

Mayfield Mall après

Ouvert en 1966, l’ancien Mayfield Mall, de Mountain View en Californie, est actuellement occupé par Google Glass.

Mayfield Mall après
slide-image

Centre Tri County avant

Tout un changement de vocation pour l’ancien centre Tri-County, d’Oliver Springs au Tennessee, qui a été reconverti en église baptiste.

Centre Tri County avant
slide-image

Centre Tri County après

Tout un changement de vocation pour l’ancien centre Tri-County, d’Oliver Springs au Tennessee, qui a été reconverti en église baptiste.

Centre Tri County après
slide-image

Hickory Hollow Mall avant

L’ancien Hickory Hollow Mall, à Antioch au Tennessee, est utilisé par le Nashville State Community College et comprend la patinoire qui sert aux séances d’entraînement de l’équipe de hockey des Predators, de la LNH.

Hickory Hollow Mall avant
slide-image

Hickory Hollow Mall après

L’ancien Hickory Hollow Mall, à Antioch au Tennessee, est utilisé par le Nashville State Community College et comprend la patinoire qui sert aux séances d’entraînement de l’équipe de hockey des Predators, de la LNH.

Hickory Hollow Mall après
slide-image

Highland Mall avant

L’Austin Community College, au Texas, occupe l’ancien Highland Mall. Ce campus peut accueillir 6 000 étudiants.

Highland Mall avant
slide-image

Highland Mall après

L’Austin Community College, au Texas, occupe l’ancien Highland Mall. Ce campus peut accueillir 6 000 étudiants.

Highland Mall après
slide-image

100 Oaks Mall avant

Le 100 Oaks Mall, de Nashville au Tennessee, abrite désormais les cliniques de la Vanderbilt University Medical Center en plus de commerces.

100 Oaks Mall avant
slide-image

100 Oaks Mall après

Le 100 Oaks Mall, de Nashville au Tennessee, abrite désormais les cliniques de la Vanderbilt University Medical Center en plus de commerces.

100 Oaks Mall après
slide-image

The Arcade Microlofts and Shops avant

The Arcade Microlofts and Shops, à Providence, accueille des commerces et des appartements dans l’immeuble d’un ancien centre commercial emblématique de la capitale du Rhode Island. C’était le plus ancien des États-Unis ; il a été construit en 1828.

The Arcade Microlofts and Shops avant
slide-image

The Arcade Microlofts and Shops après

The Arcade Microlofts and Shops, à Providence, accueille des commerces et des appartements dans l’immeuble d’un ancien centre commercial emblématique de la capitale du Rhode Island. C’était le plus ancien des États-Unis ; il a été construit en 1828.

The Arcade Microlofts and Shops après
Par Matthieu Charest

Immobilier – Aux États-Unis, non seulement la taille du parc immobilier consacré au commerce de détail atteint des records, mais la quantité de ces centres ne cesse d’augmenter. Or, même si l’appétit de nos voisins du Sud pour les boutiques ne se dément pas, le marché a ses limites. Résultat, pour faire place à de la nouveauté, des centaines de centres commerciaux démodés, parmi les plus vieux, sont abandonnés. Et dans ces cimetières de béton, certains ont déniché des occasions d’affaires.


Plus beaux, plus gros, plus spectaculaires, les nouveaux complexes commerciaux sont devenus de véritables destinations. Entre 2012 et 2013, ce sont 819 nouveaux « shopping centers » qui ont ouvert leurs portes aux États-Unis, soit un ajout de 23,2 millions de mètres carrés au parc immobilier commercial, d’après un rapport publié par Cushman & Wakefield en 2014.


Une multitude de centres commerciaux


Selon la firme de courtiers et de consultants en immobilier, le pays compte désormais 35 590 centres commerciaux de plus de 5 000 pi2. C’est près de 27 fois plus qu’au Canada (1 320 centres), 57 fois plus qu’en Chine et 5 fois plus qu’en Europe (34 pays étudiés), où, Russie comprise, la population représente plus ou moins 2,35 fois celle des États-Unis.


Cherchez l’erreur.


« Nous [Américains] avions beaucoup trop d’espace consacré au commerce de détail. Au 20e siècle, nous avons construit beaucoup trop de centres », dit Ellen Dunham-Jones, architecte et professeure à Georgia Tech, citée par le mensuel The Atlantic.


Et avec l’essor du commerce en ligne couplé aux nouveaux designs commerciaux (pensons ici au Dix30), l’experte a estimé à 400 le nombre de centres abandonnés ou en voie de fermer dans le pays. Des  malls qui entrent souvent dans la catégorie dite enclosed (refermés sur eux-mêmes, où tout est à l’intérieur). Bref, de gigantesques complexes vides parsèment le territoire.


Et la présence de ces sarcophages de mortier n’est pas sans conséquence. Selon une étude réalisée par la Kellogg School of Management de la Northwestern University, ces fermetures « ont un effet domino. Il y a détérioration de l’économie dans le secteur environnant ».


Heureusement, certains entrepreneurs ont flairé des occasions d’affaires dans ces lieux abandonnés. Plusieurs de ces centres ont fini par trouver preneurs afin d’être transformés en bureaux, écoles, églises, cliniques et autres. D’ailleurs, la professeure Dunham-Jones a répertorié 211 projets de reconversion de dead malls aux États-Unis.


La variante québécoise du phénomène


Si le phénomène des dead malls semble propre aux États-Unis, c’est que la quantité des centres commerciaux abandonnés est plus importante. Or, il s’agit d’un courant nord-américain qui touche aussi le Québec. « Nous faisons partie de ce paradigme », dit Michel Max Raynaud, directeur de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier de l’Université de Montréal.


Au Québec, le courant prend plutôt la forme de grands magasins abandonnés, de grandes surfaces que de centres en entier, précise M. Raynaud. « Comme avec les Target, lance-t-il. Regardez le nombre de power centers qui sont à peu près à l’abandon chez nous. Regardez le boulevard Taschereau sur la Rive-Sud [de Montréal] : plusieurs magasins ont fermé ou sont occupés par des commerces secondaires, des Dollarama par exemple. »


« Pourquoi s’embêter à rénover quand on a l’espace pour construire du neuf à côté ? C’est beaucoup plus rentable. La valeur architecturale de ces centres n’est pas très importante. En fait, ça n’a aucune valeur. Quand les gens ne viennent plus, on ferme, et on recommence ailleurs », souligne l’expert.


Et comme aux États-Unis, ces pieds carrés en déclin représentent pourtant de belles occasions d’affaires. « On pourrait y faire autre chose, absolument, martèle l’expert. Des écoles, des entreprises d’économie sociale, etc. Mais on n’y réfléchit pas. Le politique regarde plutôt passer le train. »


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Decathlon s'installera au centre-ville de Montréal

12/11/2018 | Martin Jolicoeur

La multinationale sportive s'installera dans les locaux que convoitait Saks Off 5th avant de finir par se désister.

Roots la marque au castor est-elle devenue une aubaine criante?

Roots a perdu les deux tiers de sa valeur, après des ventes décevantes. Des analystes croient encore à sa relance.

À la une

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.