Le Fonds FTQ et Investissement Québec réinvestissent dans AGF

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

Le Fonds FTQ et Investissement Québec réinvestissent dans AGF

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

Par François Normand

[Photo : Groupe AGF]

Le Groupe AGF, spécialisé dans l'acier d'armature ainsi que dans l'échafaudage et l'accès, aura de nouvelles ressources financières pour poursuivre sa croissance mondiale, notamment en Amérique latine.


Le Fonds de solidarité FTQ et Investissement Québec (IQ) réinvestissent dans cette entreprise de Longueuil, dont ils sont déjà actionnaires. Les deux investisseurs apportent leur soutien financier à AGF sous la forme de débentures (des obligations non garanties).


La présente contribution d'IQ s'élève à 7,5 millions de dollars, ce qui porte son investissement total dans l'entreprise à 27,5 M$. Depuis 2008, le Fonds de solidarité a pour sa part investi un peu plus de 13 M$ dans AGF, auxquels s'ajoute la dernière débenture, dont le montant reste confidentiel.


Ce réinvestissement des deux actionnaires d'AGF est vu par son président, Serge Gendron, comme une «marque de confiance» et un soutien important pour la croissance future de l'entreprise. «Ces nouveaux capitaux nous permettront de croître à l'international, mais aussi dans les autres provinces canadiennes», dit-il en entretien avec Les Affaires.


Fondée en 1948, AGF emploie plus de 3 198 personnes (dont 780 au Québec) et a un chiffre d'affaires annuel de près de 500 M$. Elle compte plus de 32 unités commerciales, principalement situées au Canada, aux États-Unis, en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique latine.


À l'international, AGF mise d'ailleurs beaucoup sur l'Amérique latine pour accroître ses revenus dans les prochaines années, souligne Serge Gendron. L'entreprise a déjà des succursales au Costa Rica, au Chili, et elle vient tout juste de s'implanter au Pérou. «Nous visons maintenant la Colombie et l'Équateur», dit-il. Ces deux pays sont des marchés dynamiques. En 2014, la Colombie a enregistré une croissance économique de 4,6 %, tandis que celle de l'Équateur s'est élevée à 3,6 %, selon la Banque mondiale.


AGF a trois stratégies pour croître à l'étranger : elle fait des acquisitions, elle crée des coentreprises ou elle construit des usines. Dans ses 15 dernières percées à l'international, AGF a ainsi recouru à 7 acquisitions, 2 coentreprises et 6 implantations.


AGF s'est implantée au Costa Rica et au Pérou en construisant des usines, tandis qu'elle a créé une coentreprise avec un partenaire local pour s'attaquer au marché chilien.



Fondée en 1948, AGF a un chiffre d'affaires annuel de près de 500 millions de dollars.


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Colabor: la relance promise tarde, le PDG quitte

Mis à jour le 22/10/2017 | Dominique Beauchamp

Le grossiste tarde à se redresser un an après avoir eu l'appui financier de la Caisse, d'IQ et de la FTQ.

Fusions et acquisitions: vers une année record

Édition du 16 Septembre 2017 | Marie Lyan

Couche-Tard, Cogeco, SNC Lavalin, Camso... les exemples abondent. Et la tendance restera favorable.

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

13:38 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.