Le charme nouveau des entrepôts: le commerce en ligne bouleverse l'immobilier

Publié le 04/09/2018 à 06:55

Le charme nouveau des entrepôts: le commerce en ligne bouleverse l'immobilier

Publié le 04/09/2018 à 06:55

Par AFP

L'avènement du commerce en ligne ne bouleverse pas que la grande distribution: il change les habitudes des investisseurs immobiliers, qui mettent de plus en plus d'argent dans les entrepôts quand les centres commerciaux perdent de leur lustre.


«Le commerce électronique va continuer à progresser quel que soit le marché» dans le monde, résumait en juillet Guy Barnard, responsable des investissements immobiliers chez le fonds londonien Janus Henderson, qui gère plus de 300 milliards d'euros.


Selon lui, ce ne sont pas seulement les revenus des commerces physiques qui vont souffrir de cette évolution, symbolisée par l'essor du géant américain Amazon, les 500 millions d'euros de perte du français Carrefour l'an dernier ou la récente liquidation de l'enseigne de jouets Toys'R'Us: il devient aussi moins attirant d'investir dans leurs murs.


«Sur les trois ou quatre dernières années, ça s'est très clairement vu», en particulier dans le monde anglo-saxon, renchérit auprès de l'AFP Mahdi Mokrane, directeur de la recherche chez le fonds immobilier LaSalle.


«En Grande-Bretagne, certaines banques ne veulent pas financer des investisseurs qui achètent du commerce», ajoute-t-il, jugeant la situation moins exacerbée mais semblable en Europe continentale.


En France, selon une étude du cabinet immobilier Knight Frank, les commerces ont réuni en 2017 14% des investissements immobiliers, moins de 4 milliards d'euros au total, alors que la proportion dépassait 30% trois ans plus tôt.


Sans aller jusqu'à se détourner en bloc des commerces physiques, les investisseurs suivent une «polarisation», selon les termes de M. Mokrane. Les sites moyens, souvent situés en périphérie des villes, souffrent de leur désaveu, mais les très grands centres commerciaux gardent de l'attrait, ainsi que les commerces de proximité.


«On nous a dit que les grands magasins sont morts, ce n'est pas vrai», assurait fin août Christophe Cuvillier, président du directoire d'Unibail-Rodamco-Westfield (URW), première foncière basée en France et spécialiste des centres commerciaux, lors de résultats semestriels marqués par une hausse des recettes.


Comme les autres grands propriétaires français de commerces, le groupe écrème depuis des années son portefeuille pour se défaire des sites peu rentables. Chacun aménage sa stratégie: URW mise sur les centres de grandes taille aux animations élaborées, comme en témoigne sa récente acquisition de Westfield, spécialiste anglo-saxon de ce terrain.


Son concurrent Klépierre joue sur des implantations géographiques ciblées à travers l'Europe et le promoteur Altarea Cogedim mise sur les «retail-parks», centres organisés autour d'un espace à ciel ouvert. Une autre tendance émerge: l'aménagement de quartiers entiers, intégrant commerces, bureaux et logements.


Besoins exponentiels en logistique


Les investisseurs restent méfiants: les titres d'URW et de Klépierre sont déprimés depuis trois ans. Celui d'Altarea-Cogedim, dont l'activité est plus diversifiée, s'en sort nettement mieux.


Le commerce électronique, par essence immatériel, n'a-t-il rien à offrir aux investisseurs de la pierre? «On ne pense pas que, derrière, il faut des entrepôts», répond à l'AFP Jean-Claude Le Lan, fondateur et président d'Argan, foncière spécialisée dans la logistique.


«Ces dernières années, l'immobilier logistique est en pleine progression et attire beaucoup d'investisseurs, pour une raison bien simple: l'e-commerce», assure-t-il, le titre d'Argan ayant presque doublé depuis 2015.


En France, les entrepôts drainent de plus en plus d'argent: selon une étude du cabinet JLL, maison-mère de LaSalle, les investissements y sont, à 1,3 milliard d'euros au premier semestre 2018, proches de retrouver un record datant de 2007.


Les contraintes du commerce en ligne accentuent «de manière exponentielle» les besoins en surface logistique, explique M. Mokrane. «Raccourcir de moitié le temps de livraison implique de bien plus que doubler le nombre de mètres carrés de logistique».


De plus, le parc existant «ne répond pas aux besoins du commerce en ligne: ils demandent des bâtiments plus modernes qu'il va falloir construire», note-t-il. Or, par rapport aux logements ou aux bureaux, il n'est pas cher de construire un entrepôt au regard des loyers espérés.


Selon M. Le Lan, c'est ce qui justifie le modèle d'Argan, qui gère tous les maillons de la chaîne depuis la conception des entrepôts. Le groupe, qui a acquis son premier entrepôt en 2000, en détient aujourd'hui une soixantaine.


«Dix-huit ans après, les investisseurs viennent s'intéresser à ce secteur, mais ils ne savent pas développer et achètent de l'existant», conclut-il.


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

La Russie créée un nouveau poids lourd du e-commerce avec Alibaba

11/09/2018 | AFP

Cette nouvelle société s’appellera « AliExpress Russie » et sera détenue à 48 % par Alibaba.

La Vie en Rose achète l'ancienne usine de Mondelez

16/08/2018 | Martin Jolicoeur

La Vie en Rose déménagera son siège social dans l'ancienne manufacture de biscuits Oreo.

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.