Immobilier: le marché demeure vigoureux au Québec

Publié le 16/10/2017 à 11:26

Immobilier: le marché demeure vigoureux au Québec

Publié le 16/10/2017 à 11:26

[123RF]

BULLETIN LES AFFAIRES-JLR. Malgré une légère baisse des ventes d’unifamiliales relativement à septembre 2016, le marché résidentiel continue d’être vigoureux au Québec.


On note une hausse du nombre de ventes pour les unifamiliales, les copropriétés ainsi que pour les immeubles de 2 à 5 logements lors des 12 derniers mois. Pour toutes les catégories de bâtiments résidentiels, le prix médian des propriétés vendues a crû par rapport à l’année précédente. L’augmentation a été supérieure à l’inflation sur 1 an, celle-ci étant de 1,1% pour la période allant d’août 2016 à août 2017 selon les dernières données publiées par Statistique Canada. 



Ventes d’unifamiliales au Québec


Selon les actes publiés au Registre foncier du Québec et compilés par JLR (incluant les ventes par courtier, entre particuliers et les constructions neuves), il y a eu 78 449 acquisitions d’unifamiliales au cours des 12 derniers mois, ce qui représente une croissance de 4% en comparativement aux 12 précédents.


Toutefois, une diminution des ventes de 5% a été notée au mois de septembre relativement à la même période l’an dernier. Le prix de vente médian se trouvait à 238 500$ entre octobre 2016 et septembre 2017.


Ventes de copropriétés au Québec


La tendance haussière se maintient en septembre pour les ventes de copropriétés. Il y a eu une augmentation de 5% par rapport à septembre 2016. Il s’agit d’une croissance légèrement plus élevée que la variation de +4 % pour les 12 derniers mois relativement aux 12 précédents. Lors du mois de septembre 2017, un total de 2 124 copropriétés ont été transigées au Québec.


Entre octobre 2016 et septembre 2017, le prix médian des ventes de ce type de propriété a été de 240 000$. Par rapport à l’année dernière, cela représente une hausse de 3%. En septembre 2017 comparativement au même mois en 2016, l’augmentation a été plus faible avec un taux de variation de +2 %.


L’indice d’accessibilité


L’indice AP permet d’observer l’évolution de l’accessibilité à la propriété au Québec. En septembre 2017, il a reculé de 5,1% relativement au même mois l’année dernière pour atteindre 104,2. Depuis le début de 2017, l’indice a baissé tous les mois.


La diminution sa valeur indique que l’accès à la propriété s’est détérioré. L’indice est basé sur le ratio salaire hebdomadaire (Statistique Canada)/paiement hypothécaire « type » rapporté en un indice base 100 (janvier 2010=100). Cette variation est expliquée par le fait que la hausse des salaires n’a pas pu compenser la croissance des prix des unifamiliales et des taux d’intérêt.


Tendances par ville


Le portrait est similaire depuis plusieurs mois au Québec.  Le marché des unifamiliales continue de croître dans les villes de la grande région de Montréal. Cela est vrai autant pour le nombre de transactions que pour le prix de vente médian.


On note une hausse du prix médian de 3% à Montréal, de 9% à Laval et de 4% à Longueuil par rapport à la même période l’année dernière.  Le nombre de transactions a particulièrement crû à Longueuil (+30%) et à Québec (+8%) relativement à septembre 2016. C’est un signe de regain pour le marché de Québec où la revente était plus difficile depuis quelque temps. 


Pour le secteur des copropriétés, encore une fois en septembre, la ville de Laval affiche une croissance à la fois du nombre de transactions (+38%) et du prix de vente médian (+2%) comparativement à la même période l’an dernier.


Pour la ville de Gatineau, le prix médian et le nombre de copropriétés vendues ont tous deux diminué de 3% au cours des 12 mois relativement aux 12 précédents. Le prix médian des ventes s’est établi à 305 000$ pour Montréal et 216 600$ pour Québec entre octobre 2016 et septembre 2017.  


L’économie se porte bien


Les résultats du marché immobilier continuent d’être encourageants pour 2017.  Cela est expliqué par l’économie québécoise qui performe exceptionnellement bien dernièrement. La vigueur de l’économie canadienne a amené la Banque du Canada à augmenter son taux directeur pour une deuxième fois depuis juillet, passant cette fois de 0,75% à 1%. Le taux de chômage reste bas au Québec en septembre à 6,0% selon Statistique Canada.


 


À propos de JLR


JLR est un chef de file dans le développement de solutions foncières sur mesure : analyse de risque, enquête et recouvrement, analyse de parts de marché, suivi du portefeuille immobilier, développement des affaires, réglementation et conformité, évaluation immobilière, analyse de propriété et du marché immobilier et bien plus encore.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Immobilier à Montréal: hausse de prix dans les secteurs centraux

17/10/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. De nouvelles propriétés en banlieue, des prix en hausse au centre, voici le portrait de l'immobilier montréalais

Les mises en chantier atteignent un sommet au Québec depuis 2011

Un peu plus de 61 % des ménages sont propriétaires et près de 12 % sont copropriétaires.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

Il y a 53 minutes | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.