Il est chaud, le marché des chalets

Publié le 16/05/2017 à 16:46

Il est chaud, le marché des chalets

Publié le 16/05/2017 à 16:46

Par Matthieu Charest

[123RF]

Il fait beau, il faut chaud. Vous peinez à y croire, mais les rayons du soleil ont fini par transpercer la grisaille québécoise. Enfin, bientôt. C’est le temps de penser à louer, ou même acheter, ce chalet dont vous rêvez. Mais attelez-vous, ces petits coins de paradis sont très, très en demande.


2016 a été une année «prolifique» pour le secteur des propriétés de villégiatures, estime un rapport de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). Si le marché des condos est moribond à Montréal et à Québec, celui des chalets est vigoureux en région.


En Outaouais, dans Lanaudière, dans les Laurentides, en Estrie, en Montérégie et dans la Capitale-Nationale, 3 435 propriétés de villégiatures ont été vendues dans les secteurs ruraux en 2016, selon la FCIQ. Une hausse des ventes de 11% par rapport à 2015.


Une hausse notable qui est attribuée aux résidences unifamiliales, car le condo de villégiature est en perte de vitesse. La hausse des ventes de maisons de ce type a été de 13%, alors que les copropriétés ont connus une diminution de -3%. Quant au marché «général», qui n’est pas de villégiature, il a connu une hausse des ventes de 9% dans les mêmes régions pour la même période.


Une croissance qui s’explique par la vigueur relative de l’économie, la hausse de la confiance des consommateurs, et la faiblesse du dollar canadien, notamment.


[123RF]


Patience!


Cependant, souligne le rapport, si les ventes vont bien, la patience est de mise. Les unifamiliales de «vacances» prennent en moyenne 199 jours à vendre, comparés à 158 pour le même type de résidence «usuelle». Idem pour les condos de villégiatures, qui prennent en moyenne 311 jours à vendre, comparés à 208 jours pour une copropriété «classique». 


Hausse des prix


L’évolution des prix a été beaucoup plus mitigée que la hausse des ventes dans les secteurs étudiés. En Montérégie, dans Lanaudière et dans la Capitale-Nationale, la hausse des prix des unifamiliales de villégiatures a été de 17%, 9% et 6%, respectivement. Les Laurentides et l’Estrie ont tour à tour connus des baisses de -1% et -14%. Quant à l’Outaouais, les prix sont demeurés stables.


Enfin, la croissance des ventes devrait continuer à progresser en 2017, estime la FCIQ, mais à un rythme moins élevé qu’en 2016. Les estimations sont de l’ordre de +5% pour l’année en cours.


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Immobilier : moins de problèmes financiers chez les propriétaires

05/02/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Moins de préavis d'exercice ont été émis en janvier 2018 que l'année dernière à la même période.

Condo: le prix médian du pi2 explose à Montréal

29/01/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Après quelques années de hausses modestes, le prix au pi2 des copropriétés bondit de 5% en 2017.

À la une

Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

22/02/2018 | François Normand

«C’est notre tâche de l’amener à un niveau acceptable, et c’est l’année pour le faire», dit Matt Manson.

Gildan rationalise pour financer son virage en ligne

Frappé par la crise des détaillants, le roi des t-shirts regroupe deux divisions pour fouetter sa performance.

Classement minier: le Québec remonte au deuxième rang canadien

22/02/2018 | Pierre Théroux

Le Québec reprend ainsi la place que lui avait ravie l’année précédente le Manitoba.