Condos: la SCHL déboulonne le mythe de l'acheteur investisseur

Publié le 20/11/2012 à 15:33, mis à jour le 20/11/2012 à 15:47

Condos: la SCHL déboulonne le mythe de l'acheteur investisseur

Publié le 20/11/2012 à 15:33, mis à jour le 20/11/2012 à 15:47

Par Hugo Joncas

Si vous croyez que le boom de la copropriété au Québec est dû à l’afflux d’investisseurs étrangers voulant spéculer sur des unités, détrompez-vous. Selon une nouvelle étude de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, cette croyance relève du mythe.


«L’étude démontre qu’en 2010, la proportion d’investisseurs sur le marché était limitée à environ 10 %», dit l’analyste de marché Francis Cortellino. Il a présenté les travaux de la Société (SCHL) à ce sujet lors de la conférence annuelle montréalaise de l'organisme sur les perspectives du marché de l'habitation, le 20 novembre.


Certains secteurs comptaient tout de même un peu plus de copropriétaires investisseurs, comme l’Île-des-Sœurs et Ville-Marie (centre-ville). Au cœur de la métropole, les «investisseurs», qui n’habitaient par leur unité de façon permanente, comptaient effectivement pour 17 % des copropriétaires. 


La SCHL a aussi examiné les données du registre foncier pour connaître la proportion d’acheteurs de l’extérieur du Québec parmi ces «investisseurs». Dans la grande région de Montréal, ils étaient peu nombreux : leur adresse était à l’extérieur de la province dans seulement 5 % des cas. Mais dans Ville-Marie, la proportion d’investisseurs non québécois atteignait 24 %.


«Donc, on ne peut pas dire que le marché de la copropriété est rempli d’investisseurs étrangers», dit Francis Cortellino.


L’analyste signale toutefois un biais dans son étude. Dans les cas où l’adresse qu’a fournie l’acheteur est au Québec, rien ne prouve qu’il ne s’agit pas de celle de son représentant local : un avocat, un courtier ou un membre de sa famille. Difficile de dire si cette «tare» modifie les données à la hausse ou à la baisse, puisque dans certains cas, des Québécois résidant ici peuvent aussi avoir donné l’adresse d’une résidence à l’étranger pour leur correspondance.


Les condos plus transigés


Sur le même sujet

Il n'y a jamais eu autant de maisons à vendre à Montréal depuis 15 ans

Mis à jour le 11/10/2013

Le marché immobilier montréalais s’est stabilisé entre juillet et septembre après ...

Condos YUL: des bureaux de vente à Montréal, Shanghai, Singapour et Hong Kong

Mis à jour le 25/09/2013

Le promoteur Kheng Ly a lancé son projet YUL au centre-ville de Montréal, sur l’îlot ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chacune des étapes du processus. Un bon coup peut ...

Une correction du secteur de l'habitation ferait mal à l'économie, selon la BMO

Une correction soudaine et prononcée du secteur de l'habitation pourrait avoir un impact dévastateur sur ...

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick Clérouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, à l'image des FNB? Réponse à notre lecteur