Alexis Nihon II, fils du magnat immobilier du même nom, meurt à 67 ans

Publié le 27/02/2013 à 09:47

Alexis Nihon II, fils du magnat immobilier du même nom, meurt à 67 ans

Publié le 27/02/2013 à 09:47

Par La Presse Canadienne

L'homme d'affaires et ex-athlète olympique Alexis Nihon II, fils du magnat immobilier montréalais du même nom, est mort dimanche dernier d'un cancer à l'âge de 67 ans.


Au cours de sa vie, il a dirigé la Corporation Alexis Nihon fondée à Montréal après la Deuxième Guerre mondiale par son père, un immigrant belge. Il a aussi exercé des activités immobilières aux Bahamas, là où son père est mort, il y a 33 ans.


Alexis Nihon fils a aussi été lutteur amateur, ayant représenté les Bahamas aux Jeux olympiques de Mexico en 1968.


À Montréal, un boulevard de l'arrondissement Saint-Laurent et un immeuble commercial et à bureaux bien connu du centre-ville portent le nom d'Alexis Nihon.


Alexis Nihon II laisse dans le deuil son épouse et quatre enfants. Son fils George était mort avant lui. Ses funérailles auront lieu dans l'intimité dans un lieu qui n'a pas été identifié.

Sur le même sujet

Tout inclus pour PME

Édition du 07 Mars 2015 | Matthieu Charest

Il suffit d'emprunter le boulevard Saint-Laurent ou la rue Sainte-Catherine à Montréal pour constater la kyrielle de ...

L'épicentre des PME créatives

Édition du 07 Mars 2015 | Matthieu Charest

Les cofondateurs du détaillant de vêtements Frank & Oak n'ont pas tardé à choisir le Mile-End pour installer ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Couper les ponts ou comment j’ai quitté Google pour lancer une start-up

BLOGUE. Un entrepreneur raconte comment il a plongé dans l'inconnu en quittant un super emploi.

Le fisc est-il injuste avec les familles recomposées?

BLOGUE. La fiscalité réserve parfois des mauvaises surprises à ceux qui forment une nouvelle famille.

Bourse: trop pessimistes envers le Canada, les investisseurs?

10:13 | Jean Gagnon

La chute importante du prix du pétrole affecte l'économie canadienne. Mais sommes-nous devenus trop pessimistes?