Alexis Nihon II, fils du magnat immobilier du même nom, meurt à 67 ans

Publié le 27/02/2013 à 09:47

Alexis Nihon II, fils du magnat immobilier du même nom, meurt à 67 ans

Publié le 27/02/2013 à 09:47

Par La Presse Canadienne

L'homme d'affaires et ex-athlète olympique Alexis Nihon II, fils du magnat immobilier montréalais du même nom, est mort dimanche dernier d'un cancer à l'âge de 67 ans.


Au cours de sa vie, il a dirigé la Corporation Alexis Nihon fondée à Montréal après la Deuxième Guerre mondiale par son père, un immigrant belge. Il a aussi exercé des activités immobilières aux Bahamas, là où son père est mort, il y a 33 ans.


Alexis Nihon fils a aussi été lutteur amateur, ayant représenté les Bahamas aux Jeux olympiques de Mexico en 1968.


À Montréal, un boulevard de l'arrondissement Saint-Laurent et un immeuble commercial et à bureaux bien connu du centre-ville portent le nom d'Alexis Nihon.


Alexis Nihon II laisse dans le deuil son épouse et quatre enfants. Son fils George était mort avant lui. Ses funérailles auront lieu dans l'intimité dans un lieu qui n'a pas été identifié.

Sur le même sujet

Les délaissements de propriétés en forte baisse

BLOGUE. Mai 2015 : Moins de mauvaises créances pour les propriétaires Québécois.

Cette start-up de Québec propose aux investisseurs immobiliers de profiter du malheur d'autrui

BLOGUE. Mon Prospecteur veut faire économiser temps et argent aux investisseurs immobiliers à l’affût de bonnes affaire.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Jacques Parizeau: des économistes saluent le pédagogue

Il y a 30 minutes | La Presse Canadienne

Chez les économistes du Québec, Jacques Parizeau est reconnu comme une sorte de monument à sa façon.

Jacques Parizeau: les réactions au décès d'un «grand bâtisseur» du Québec

Mis à jour il y a 57 minutes

Plusieurs personnalités politiques ont réagi au décès de l'ancien premier ministre du Québec.

Jacques Parizeau: le père de la Nasa québécoise

BLOGUE. «Mais, vous êtes sur une autre planète!», avait dit Jacques Parizeau. Notre chroniqueur rend hommage.