Trump salue «le brillant potentiel» de la Corée du Nord, le sommet en vue

Publié le 28/05/2018 à 06:28

Trump salue «le brillant potentiel» de la Corée du Nord, le sommet en vue

Publié le 28/05/2018 à 06:28

Par AFP

Donald Trump a salué le «brillant potentiel» Pyongyang, frappé par de sévères sanctions économiques internationales, et confirmé qu'une équipe américaine se trouve en Corée du Nord pour préparer sa rencontre historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.


«Notre équipe américaine est arrivée en Corée du Nord pour les préparatifs du sommet entre Kim Jong Un et moi-même», a écrit le président américain sur Twitter dimanche, confirmant le dernier rebondissement en date d'une saga diplomatique rocambolesque avec pourtant un objectif crucial en ligne de mire: la dénucléarisation d'une péninsule coréenne où Nord et Sud sont techniquement toujours en guerre, 65 ans après la fin du conflit.


«J'estime véritablement que la Corée du Nord à un brillant potentiel et sera une grande nation économique et financière un jour. Kim Jong Un est d'accord avec moi là-dessus. Cela arrivera!», a-t-il conclu, sans préciser s'il faisait référence au fameux sommet ou à un avenir prospère pour la Corée du Nord.


Plus tôt dimanche, le département d'État américain avait annoncé qu'une délégation américaine s'entretenait «actuellement avec des responsables nord-coréens à Panmunjon», village de la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise les deux Corées.


«Nous continuons à préparer une rencontre entre le président et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un», a précisé la porte-parole de la diplomatie américaine, Heather Nauert, dans un communiqué.


«Propos stupides»


Après plusieurs jours de turbulences et acrobaties diplomatiques, Donald Trump affiche son optimisme quant au maintien de cette rencontre prévue le 12 juin à Singapour, dont il avait pourtant lui-même annoncé l'annulation jeudi.


Selon le Washington Post, qui cite une source proche de l'organisation des discussions entre délégations, les réunions devraient se poursuivre jusqu'à mardi.


La délégation américaine est menée par un ancien ambassadeur américain en Corée du Sud, Sung Kim, selon le journal. Elle comprend également Allison Hooker, spécialiste de la Corée au Conseil national de sécurité de l'administration Trump, ainsi qu'un représentant du Pentagone que le Washington Post n'a pas identifié.


Désormais ambassadeur aux Philippines mais mandaté par Washington pour conduire ces préparatifs, Sung Kim a "traversé la ligne séparant les deux Corées pour rencontrer" la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Cheo Son Hui, qui avait qualifié jeudi des propos du vice-président américain Mike Pence de «stupides» et menacé d'annuler le sommet quelques heures avant que Donald Trump ne s'en charge.


L'Américain Sung Kim et Cheo Son Hui "se connaissent bien, tous deux faisaient partie des délégations" de leurs pays lors de précédentes négociations dans les années 2000, explique le Washington Post.


Crucial en pleines négociations avec Pyongyang, le poste d'ambassadeur américain à Séoul est vacant depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump en janvier 2017. Le président américain a finalement nommé récemment son candidat: l'amiral Harry Harris, chef du commandement militaire américain pour le Pacifique (Pacom), qui doit encore être confirmé par le Sénat. 


«Détermination»


Samedi, le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen avaient à leur tour créé la surprise en se rencontrant dans le village de Panmunjon.


«Kim Jong Un a remercié Moon Jae-in pour les grands efforts qu'il a faits en vue (de l'organisation) du sommet» entre la Corée du Nord et les États-Unis, et a «exprimé sa détermination» à tenir ce sommet historique, selon l'agence officielle de presse nord-coréenne KCNA. Les dirigeants des deux Corées ont déclaré qu'ils étaient prêts à se revoir «fréquemment».


L'annulation soudaine du sommet Trump-Kim --le jour même où Pyongyang déclarait avoir «complètement» démantelé son seul site connu d'essais nucléaires-- avait placé en porte-à-faux la Corée du Sud, qui a joué un rôle central dans la remarquable détente de ces derniers mois entre Pyongyang et Washington.


Même si le sommet devait finalement avoir lieu, Washington exige une "dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible" de Pyongyang avant tout allégement des lourdes sanctions internationales qui pèsent sur la Corée du Nord en représailles de ses programmes d'armements balistique et nucléaire.


Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avait déjà fait miroiter mi-mai l'arrivée de nombreuses entreprises américaines en Corée du Nord si celle-ci renonçait à son arsenal nucléaire. Mais Pyongyang n'a jusqu'ici jamais accepté de payer ce prix, le considérant comme un ultime rempart pour garantir la survie du régime.


Depuis ces déclarations, des propos du conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, et de Mike Pence faisant allusion à un scénario «à la libyenne» pour la Corée du Nord avaient indigné Pyongyang et fait déraillé les préparatifs de la rencontre Trump-Kim qui semble désormais en bonne voie d'être confirmée.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Immobilier: vers un record de tous les temps en 2018

Contrairement au reste du pays, le marché résidentiel ne dérougit pas au Québec. Bien au contraire.

Quel montant payer pour habiter près d'une station de métro?

19/11/2018 | Joanie Fontaine

Blogue. Une plus-value sur les propriétés situées à moins de 2 km d'une station de métro a été notée

Le ménage de fin d'année bat son plein

BLOGUE. Les pros remanient leur portefeuille en fin d'année tandis que les stratèges émettent leurs prévisions pour 2019