Québec hausse le salaire minimum de 5,5%, à 9,50$ l'heure

Publié le 15/12/2009 à 13:41

Québec hausse le salaire minimum de 5,5%, à 9,50$ l'heure

Publié le 15/12/2009 à 13:41

Par La Presse Canadienne

L'augmentation est nettement supérieure à l'indice des prix à la consommation. Photo : Bloomberg

Le salaire minimum sera porté à 9,50 $ l'heure à compter du 1er mai 2010, une augmentation de 50 cents ou 5,5 pour cent.


La troisième majoration de 50 cents en autant d'années profitera à quelque 323 000 petits salariés, en majorité des femmes, a indiqué mardi le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad.


"Sur les 323 000 personnes, 60 pour cent sont des femmes. On parle de 200 000 femmes touchées par cette mesure. Le retour massif des femmes sur le marché du travail mérite d'être récompensé", a dit le ministre, en point de presse à l'Assemblée nationale.


Depuis 2003, le salaire minimum au Québec a progressé de près d'un tiers, passant de 7,30 $ à 9,50 $.


Cette croissance est nettement supérieure à l'indice des prix à la consommation qui a progressé de 13 pour cent pendant la même période.


Un calcul rapide permet de conclure que le pouvoir d'achat des plus petits salariés s'est accru "de 17 pour cent par rapport à 2003", a soutenu M. Hamad, pressé de faire cette annonce à quelques jours de Noël.


Quant au salaire minimum payable aux travailleurs à pourboires, il sera majoré de 0,25 $ l'heure pour être fixé à 8,25 $ à compter du 1er mai.


Pour l'ensemble des ménages à petits revenus, l'augmentation représente environ 1000 $ de plus par année, selon M. Hamad.


D'après les évaluations du ministère, cette nouvelle majoration de 50 cents l'heure ne compromettra pas la compétitivité des entreprises même si elles devront absorber une croissance d'un pour cent de leur masse salariale.


Sur une question aussi sensible que le salaire minimum, il est impossible de satisfaire tout le monde, a convenu le ministre.


"Il y a des groupes de lutte contre la pauvreté qui demandent d'augmenter le salaire minimum et de l'autre côté, les employeurs qui demandent de geler le salaire minimum. Nous sommes dans le chemin du centre", a-t-il expliqué.


Avec cette annonce, le Québec passe au troisième rang des provinces et territoires canadiens pour le salaire minimum le plus élevé, à égalité avec Terre-Neuve-et-Labrador et derrière l'Ontario et le Nunavut.


En tenant compte du coût de la vie, le Québec est en tête de peloton, a fait valoir le ministre.


"On est en bas de l'Ontario, c'est vrai. Par contre, le coût de la vie en Ontario est plus élevé. Alors, toutes proportions gardées, le salaire minimum au Québec devient très intéressant par rapport à l'Ontario", a-t-il souligné.


L'annonce du ministre Hamad a été saluée par le Front de défense des non-syndiqués.


Mais si elle est bienvenue, la hausse de 50 cents du taux horaire minimum ne permettra pas aux salariés, à elle seule, de franchir le seuil de faible revenu.


"A 9,50 $ l'heure sur 40 heures, le salaire annuel est 19 760 $, soit 11 pour cent en deçà du seuil de faible revenu pour une personne seule avant impôt", a indiqué la porte-parole du Front, Mélanie Gauvin.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

SNC-Lavalin coupe une centaine de postes un peu partout au Canada

13/12/2018 | Julien Arsenault, PC

Ces éliminations ne représentent toutefois qu’une faible proportion de l’effectif de SNC-Lavalin au Canada.

Devenir auto-entrepreneur, le meilleur moyen de s'appauvrir!

07/12/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. «Bye-bye boss, je vais devenir mon propre boss !» Hum, peut-être pas la meilleure idée qui soit...

À la une

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.

10 choses à savoir cette fin de semaine

Le nombre de fumeurs aux États-Unis atteint un creux historique, 127 pays comptent bannir le plastique jetable...