PKP et l'exercice du pouvoir

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Mars 2014

PKP et l'exercice du pouvoir

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Mars 2014

Par Julien Brault


Le Québécois


Après avoir quitté le poste de pdg de Quebecor World, Pierre Karl Péladeau semble recentrer son intérêt sur le Québec. Avec sa compagne Julie Snyder, il fréquente assidûment le milieu culturel. En compagnie de l'animatrice et productrice, avec qui il partage sa vie jusqu'à leur rupture annoncée en janvier dernier, il soupe aussi à l'occasion chez le péquiste Bernard Landry ou encore chez l'indépendantiste de la première heure, Yves Michaud. «Quand Parizeau était là, et que Pierre Karl venait manger à la maison, les trois quarts de la conversation, c'était sur la politique», évoque Yves Michaud, qui n'a jamais douté des convictions indépendantistes de l'homme d'affaires.


En 2007, lorsque le felquiste Jacques Lanctôt se retrouve sans le sou après avoir vendu sa maison d'édition et perdu le fruit de la vente en l'investissant dans un café, c'est vers Pierre Karl Péladeau qu'il se tourne : «Je n'avais plus rien, j'étais vraiment dans le fond du baril et il m'a donné un job», évoque Jacques Lanctôt qui, en 1970, faisait partie de la cellule du Front de libération du Québec ayant kidnappé le diplomate britannique James Cross. Lanctôt considère qu'en l'aidant, PKP marchait dans les traces de son père, qui avait embauché plusieurs anciens felquistes au Journal de Montréal.


L'acquisition de Vidéotron en 2000 semble coïncider avec le regain d'intérêt de PKP pour les milieux politiques et culturels québécois. C'est d'ailleurs à cette époque que le pdg commence à fréquenter Julie Snyder. Même s'il n'avait jamais approché Vidéotron, Pierre Karl Péladeau avait déjà évoqué l'importance stratégique de l'entreprise, soutient Alexandre Taillefer, alors vice-président de Nurun, une filiale de Québecor. Or, il n'a pas mis de temps à réagir lorsque Rogers a dévoilé être parvenue à une entente pour acquérir Vidéotron : «Quand l'acquisition a été annoncée, je me souviens d'être allé voir Pierre Karl, et de lui avoir dit : "On est en train de se faire avoir"», relate Alexandre Taillefer.


Le pdg de Québecor se serait dès lors efforcé de trouver un moyen de ravir Videotron à la barbe de Rogers. Selon Alexandre Taillefer, avant que la Caisse de dépôt ne dévoile son jeu, Pierre Karl aurait rencontré plusieurs partenaires internationaux susceptibles de financer l'acquisition, mais sans succès. C'est finalement grâce à l'investissement de 3,2 G$ de la Caisse de dépôt que Québecor met la main sur Vidéotron en 2000 au terme d'une transaction de 5,4 G$.


Pierre Karl Péladeau était, une fois de plus, redevable à la Caisse. Cette fois, par contre, la décision de la Caisse revêt une dimension politique : «Un peuple responsable doit contrôler une partie acceptable de son économie, surtout dans le domaine de la culture. Déjà, avec la présence de Radio-Canada, c'était assez difficile à supporter, alors on n'était pas pour se taper l'empire de M. Chagnon contrôlé par Rogers», explique Bernard Landry, alors ministre des Finances.


À long terme, l'acquisition de Vidéotron se révélera être une des meilleures décisions d'affaires prises par Pierre Karl Péladeau. En effet, contrairement à la Caisse, à qui la transaction n'a offert qu'un rendement médiocre, Québecor a fait une très bonne affaire. N'eût été la téléphonie, la croissance de Vidéotron n'aurait toutefois pas été suffisante pour justifier son prix d'acquisition. Or, au lendemain de la transaction, Québecor Média jongle avec l'idée de mettre en vente sa division Vidéotron Télécom, qui offre alors des services de téléphonie aux entreprises. «Le plan d'affaires qu'on avait bâti pour Vidéotron n'accordait pas une grande valeur à la téléphonie, car la technologie n'était pas au point à l'époque, reconnaît Alexandre Taillefer. À ce moment-là, on prévoyait augmenter les revenus avec le t-commerce [le commerce passant par la télévision] et le commerce électronique.»


image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

À surveiller: Stingray, SNC-Lavalin et JP Morgan

Que faire avec les titres de Stingray, SNC-Lavalin et JP Morgan?

Bourse: les incertitudes freinent Wall Street à l'ouverture

10:17 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les investisseurs restaient prudents lundi alors que se multiplient « éléments perturbateurs».

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

07:02 | LesAffaires.com et AFP

La saison des résultats trimestriels des entreprises commence sur un mauvais pied.