Libre-échange avec l'Europe: Macron sera un allié du Canada

Publié le 15/05/2017 à 17:02

Libre-échange avec l'Europe: Macron sera un allié du Canada

Publié le 15/05/2017 à 17:02

Par François Normand

Le nouveau président français Emmanuel Macron pourrait aider les entreprises canadiennes à exporter plus rapidement dans l’Union européenne en mode libre-échange, affirme l’ambassadeur du Canada en France, Lawrence Cannon.


«Je pense qu’on a là, pour le Canada, une personne qui va grandement aider à accélérer la ratification de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne», a déclaré l’ambassadeur en entretien à Les Affaires ce lundi à Montréal.


En visite au Canada pour la promotion des échanges avec l’Europe, notamment lors d’un discours qu’il prononcera ce jeudi devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), Lawrence Cannon affirme que le président Macron est un partisan du libre-échange avec le Canada.


«Il est totalement en faveur de l’accord de libre-échange», affirme l’ambassadeur canadien, en expliquant qu’il a rencontré Emmanuel Macron lorsqu’il était ministre de l’Économie et qu’il lui avait demandé son opinion sur cette entente.


En Europe, la France est le troisième marché d’exportation du Canada, avec des expéditions qui ont totalisé 3,4 milliards de dollars canadiens en 2016, selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).


Le Royaume-Uni est de loin notre premier marché d’exportation dans l’UE (17,1 G$) suivie par l’Allemagne (3,4 G$).


Le principal défi d’Emmanuel Macron sera de relancer l’économie française et de la rendre plus compétitive, notamment par rapport à l’Allemagne, selon Lawrence Cannon.


Mais sa marge de manœuvre dépendra en fait du résultat des élections législatives en France, les 11 et 18 juin.


Macron pourra-t-il gouverner?


Trois scénarios sont possibles:


-Une majorité de son mouvement En Marche!, ce qui permettrait au président Macron de faire adopter son programme économique, qui prévoit notamment un allégement des charges fiscales des entreprises en France.


-La capacité du président Macron à rassembler une coalition de parlementaires et de partis afin de de faire adopter une partie de ses réformes économiques.


-La cohabitation, un mode de fonctionnement fréquent en France, mais qui limiterait sans doute la capacité du président Macron à réformer l’économie française.


L’élection d’Emmanuel Macron pourrait aussi favoriser la relance de la construction européenne, qui est en panne depuis la récession mondiale de 2007-2008.


Dans ce contexte, la relation entre la France et l’Allemagne – les deux pays ont été historiquement le moteur de la construction européenne - sera déterminante, souligne Lawrence Cannon.


Mais le défi sera de taille, car l’Europe compte de moins en moins de «champions» de l’Europe, déplore l’ambassadeur canadien.


«Il n’y a plus de Jacques Delors», déplore-t-il, en faisant référence à l’ancien homme politique et socialiste français, fervent partisan de l’intégration européenne


 


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Apple Watch Series 3 et Fitbit Ionic: l'automne va être chaud

11/10/2017 | Alain McKenna

BLOGUE. Il y a tout un duel qui se prépare au sommet du marché des montres connectées.

Le patron de Shopify va répondre à Citron lors d'une conférence téléphonique

Le chef de la direction de Shopify a l'intention de répondre aux critiques émises par la firme de recherche.

À la une

Airbus prend le contrôle du CSeries: bonne ou mauvaise nouvelle?

16/10/2017 | François Pouliot

Bonne ou mauvaise nouvelle? Des questions demeurent sur la valeur du placement du gouvernement du Québec. Mais, bonne.

Quelques éclaircissements sur la vente de la CSeries

16/10/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Sous le couvert de l'anonymat, un ingénieur d'Airbus témoigne...

«La plainte de Boeing n'a rien à voir», assure Bombardier

16/10/2017 | Martin Jolicoeur

Le bras de fer qui l'oppose à Boeing n'expliquerait en rien la prise de contrôle du CSeries par Airbus.