Le milieu des affaires est rassuré par l'élection de la CAQ

Publié le 02/10/2018 à 14:40

Le milieu des affaires est rassuré par l'élection de la CAQ

Publié le 02/10/2018 à 14:40

Par La Presse Canadienne

[Photo: 123RF]

Au lendemain de l’élection d’un gouvernement caquiste majoritaire, le milieu des affaires est rassuré par la stabilité que cela apportera, mais il lui demande de s’attaquer rapidement au problème de la pénurie de main-d’œuvre.


Au cours d’entrevues avec La Presse canadienne, mardi, tant les représentants du Conseil du patronat du Québec que de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante ont répété que cet enjeu de la pénurie de main-d’œuvre était non seulement important, mais urgent.


« Le sujet de l’heure, ça demeure la pénurie de main-d’œuvre. Je pense que ça, c’est un sujet qui va mériter une attention de toute urgence de la part du nouveau gouvernement », a opiné Martine Hébert, vice-présidente principale de la FCEI.


Et il y a urgence à ses yeux. « Il y a eu beaucoup de propositions pendant la campagne, que ce soit en matière d’immigration, que ce soit en matière de formation professionnelle ou autre. Toutes ces solutions-là vont prendre quand même un certain temps avant de porter leurs fruits, alors que la pénurie de main-d’œuvre et les besoins de travailleurs dans nos entreprises au Québec, dans nos régions, c’est maintenant que ça se passe », a averti Mme Hébert.


Immigration


Dans ce contexte, le président du CPQ, Yves-Thomas Dorval, a rapporté une certaine préoccupation du milieu des affaires quant au discours du chef caquiste François Legault voulant réduire les seuils d’immigration.


« C’est sûr qu’il y a des inquiétudes. Cela dit, l’immigration n’a jamais été présentée comme la seule solution », a souligné M. Dorval.


Il cite des prévisions selon lesquelles 1 500 000 postes devront être pourvus d’ici 10 ans. Et il faudra « trouver non pas une, mais plusieurs voies pour les combler : l’immigration, certes, mais aussi la formation professionnelle, technique ou universitaire, ainsi que les catégories de travailleurs qui sont sous-représentées, comme les travailleurs plus âgés, les personnes en réinsertion sociale, les membres des Premières Nations, les personnes handicapées et autres.


Le président du Conseil du patronat admet qu’ » en même temps, c’est vrai qu’il faut travailler sur les questions d’intégration » des immigrants et de francisation.


Stabilité


De façon générale, le milieu des affaires est aussi satisfait de la stabilité qui prévaudra grâce à l’avènement d’un gouvernement solidement majoritaire.


« Il y a deux conditions avec lesquelles la communauté des affaires va être assez d’accord : la première, ça prenait un gouvernement majoritaire, parce que lorsqu’il y a un gouvernement minoritaire, c’est de l’incertitude, de l’instabilité, de l’imprévisibilité. Et ce n’est pas bon pour les investissements, pour les décisions et pour la croissance économique. Et la deuxième : que le parti élu soit un parti politique proéconomie. Et ça aussi, c’est important », a relevé M. Dorval.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

Sur le même sujet

Bombardier: la classe politique réagit

Le ministre caquiste de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, doit réagir à Montréal vers 12H30.

Économie : comprendre les objectifs de la CAQ en attendant les moyens

Édition du 27 Octobre 2018 | Mia Homsy

EXPERTE INVITÉE. Que signifie l'élection d'un gouvernement de la CAQ pour l'économie du Québec ? Quelles priorités ...

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.