La crise diplomatique avec l'Arabie saoudite risque d’avoir «un impact de santé publique»

Publié le 09/08/2018 à 07:21

La crise diplomatique avec l'Arabie saoudite risque d’avoir «un impact de santé publique»

Publié le 09/08/2018 à 07:21

Par AFP

[Photo: 123RF]

Les étudiants en médecine saoudiens, engagés dans des cursus longs et coûteux, pourraient être particulièrement touchés par cette mesure. Environ 800 d'entre eux sont actuellement formés au Canada.


Selon les chiffres officiels, le Canada compte près de 8.000 étudiants saoudiens, l'un des principaux contingents étrangers avec la Chine, l'Inde, le Nigeria, les Etats-Unis et la France.


Pour Pari Johnston, de l'association Universities Canada, qui rassemble 96 universités, la décision de Ryad de rappeler ses étudiants va représenter «une perturbation majeure» pour les étudiants saoudiens.


Mais pour les universités, l'enjeu est également financier.


L'an dernier, les étudiants étrangers ont contribué à hauteur de plus de 15 milliards de dollars canadiens (près de 10 milliards d'euros) à l'économie canadienne, par les frais de scolarité, le logement et les autres dépenses.


«C'est plus que l'industrie des pièces détachées ou du bois de construction au Canada», relève Mme Johnston.


Rien que dans la province anglophone de l'Ontario, qui regroupe un cinquième des étudiants saoudiens, le départ des étudiants pourrait coûter aux universités «des dizaines de millions de dollars», selon le Conseil des universités de l'Ontario.


«De nombreux étudiants en médecine et internes sont au milieu de leur séjour et toute perturbation retarderait leur formation», dit à l'AFP Geneviève Moineau, de l'Association des facultés de médecine du Canada.


Selon le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, jusqu'à 25.000 patients pourraient également être affectés si les internes saoudiens devaient partir dans un mois.


«Ca pourrait avoir un impact de santé publique au Canada», prévient Mme Johnston. «Les internes soignent des Canadiens dans le cadre de leur formation. Les Saoudiens représentent un tiers des équipes de soignants dans les hôpitaux universitaires».


Au-delà du manque à gagner financier potentiel pour les universités, la décision de Ryad pourrait avoir des conséquences annexes, selon un porte-parole du Conseil des universités de l'Ontario.


«Attirer des étudiants étrangers fait partie intégrante du projet de développement économique plus large de l'Ontario, puisque la capacité de l'Ontario à attirer des talents du monde entier permet ensuite d'attirer des investisseurs et hommes d'affaires du monde entier», souligne-t-il.


 

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.