Infrastructures: des milliards en moins

Publié le 20/11/2012 à 17:09, mis à jour le 20/11/2012 à 18:00

Infrastructures: des milliards en moins

Publié le 20/11/2012 à 17:09, mis à jour le 20/11/2012 à 18:00

Par Valérie Lesage

[Photo : Gilles Delisle]

BUDGET QUÉBEC 2013 - Dans un souci de respecter la capacité de payer des Québécois et d’assurer une meilleure rigueur dans la gestion, le gouvernement Marois va limiter en moyenne à 9,5 G$ par an, pour les cinq prochaines années, les investissements en infrastructures.


En principe, c’est plus que ce que le gouvernement libéral avait prévu investir, soit 44 G$ entre 2011 et 2016. Toutefois, comme les coûts prévus par le gouvernement libéral étaient mal contrôlés et qu’ils n’étaient pas tous comptabilisés dans le Plan québécois des infrastructures (PQI), la facture annuelle était plus élevée que les prévisions de dépenses.


Cette année, a indiqué le président du Conseil du Trésor Stéphane Bédard, les infrastructures auront coûté 12,5 G$ au lieu des 9,7 G$ prévus au PQI. À titre d’exemple, les investissements dans les ressources informationnelles, les centres de la petite enfance et certaines infrastructures du Nord québécois n’étaient pas comptabilisées dans l’ancien PQI.


Un rapport de SECOR-KPMG commandé par Infrastructure Québec a montré plusieurs lacunes dans la gestion des projets.


Plus précisément, pour 18 projets prioritaires récents, les coûts finaux ont été supérieurs de 78% aux coûts prévus initialement. La reddition de comptes se montrait limitée et dispersée, selon le rapport, qui mentionne également l’existence d’une liste mouvante et non diffusée des projets.


«Il est urgent de remettre de l’ordre dans la gestion des infrastructures et de corriger les erreurs du passé», a souligné le président du Conseil du Trésor. «C’est la fin des tant qu’à y être.»


Ainsi, à partir de 2013-2014, le nouveau PQI prévoit économiser 1,5 G$ par an en moyenne par rapport aux dépenses prévues par les libéraux. Mais à 9,5 G$ par année en moyenne, les investissements dans les infrastructures demeurent à un niveau élevé, soit plus du double des investissements réalisés en 2003-2004.


Un plan à long terme


Sur le même sujet

La baisse du prix du pétrole n'effraie pas Carlos Leitao

Édition du 18 Avril 2015 | StĂ©phane Rolland

La situation financiÚre du Québec ne devrait pas subir les contrecoups de la baisse importante du prix du baril de ...

Le souhait de M. Leitao et la solidarité de la fédération

Édition du 18 Avril 2015 | François Pouliot

CHRONIQUE. La campagne fédérale est à nos portes. Si vous aviez un souhait à formuler en vue de celle-ci, quel ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La grande question Bombardier: à quand la rentabilité du CSeries?

BLOGUE. La question que l'on s'apprĂȘte Ă  grandement discuter: quand le CSeries deviendra-t-il rentable?

Entrepreneuriat: les 18-24 ans ont les connaissances, les 25-34 ans, la confiance

30/07/2015 | Diane BĂ©rard

BLOGUE Les 18-24 ans connaissent mieux l'entrepreneuriat que les 25-34 ans,mais ont moins confiance en leurs capacités.

Desjardins au top 5 des banques les plus solides du monde

Desjardins perd 3 rangs, mais est la seule institution canadienne Ă  figurer au top 5; la Royale est exclue du top 20.