Infrastructure: Nicolas Marceau ne craint pas un ralentissement de l'économie

Publié le 23/11/2012 à 14:58, mis à jour le 11/10/2013 à 21:33

Infrastructure: Nicolas Marceau ne craint pas un ralentissement de l'économie

Publié le 23/11/2012 à 14:58, mis à jour le 11/10/2013 à 21:33

Par Stéphane Rolland

Nicolas Marceau ne craint pas qu’une diminution des dépenses gouvernementales dans les infrastructures freine la croissance économique, a affirmé le ministre des Finances et de l’Économie en marge d’une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, vendredi.


Le gouvernement Marois a annoncé qu’il réduirait les dépenses amorties en infrastructures pour un montant de 1,5 G$, annuellement. Le niveau des investissements devrait atteindre 9,5 G$ en moyenne pour les cinq prochaines années.


Lire aussi Redevances minières: Marceau n'exclut pas une hausse modeste


Pour le ministre, l’économie ne sera pas touchée puisque le secteur de la construction est en surchauffe. « Le secteur de la construction est plus qu’au plein emploi, a-t-il répondu. Je ne sais pas si on peut appeler ça le “plus, plus, plein emploi”. Le problème présentement, c’est la demande excédentaire.»


« Il y a trop de demandes pour la main-d’œuvre, trop de demandes pour les machineries, ajoute-t-il. Cela a fait en sorte que les prix ont augmenté. Les sommes que nous avons établies sont compatibles avec le maintien de nos infrastructures. Il faut remettre de l’ordre dans la façon dont on faisait les choses. C’était pas mal n’importe quoi. »


Cette semaine, la Fédération des chambres de commerce du Québec s’était prononcée en défaveur de cette mesure. Elle a dit espérer que cette décision ne ralentisse pas le développement économique.


Rappelons que le nouveau gouvernement péquiste a dévoilé un rapport de la firme Secor-KPMG qui traçait un portrait peu flatteur de la gestion des grands projets d’infrastructure effectué par le gouvernement précédent.


Durant le discours, Nicolas Marceau a affirmé que les projets montréalais seront maintenus, et les projets prioritaires iront de l’avant.


Rapprochement avec le milieu des affaires

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bourses: New York et Toronto ne décélèrent pas

Il y a 36 minutes | La Presse Canadienne

Les marchés boursier nord-américains sont toujours en mode rattrapage à la faveur des chiffres ...

Le pétrole met le huard à risque

À son plus bas niveau depuis cinq ans, le huard pourrait descendre encore si les cours du pétrole ne remontent pas.

Disparition des marques Jacob et Magnan : que le meilleur gagne

Après une saga de quelques mois, Jacob disparaîtra définitivement du paysage commercial québécois.