François Hollande plaide pour la création d'un «visa d'entrepreneurs»

Publié le 04/11/2014 à 21:51

François Hollande plaide pour la création d'un «visa d'entrepreneurs»

Publié le 04/11/2014 à 21:51

Par La Presse Canadienne

Photo: Shutterstock

Le président français François Hollande a profité des derniers moments de sa visite au pays, mardi, pour plaider en faveur de la création d'un «visa d'entrepreneurs», ce qui, selon lui, permettrait de resserrer les liens d'affaires entre l'Hexagone et le Québec.


PLUS:


Visite d'État de François Hollande au Canada


Hollande et Couillard en appellent à des liens économiques plus étroits


France-Québec: Success stories franco-québécoises dans le numérique


France-Québec: Jeune patronat et mobilité


En s'adressant à un parterre réunissant quelques dizaines d'entrepreneurs du Québec et de la France, dans un hôtel du centre-ville de Montréal, M. Hollande a milité pour une simplification de la bureaucratie, autant du côté québécois que du côté français.


«La simplification, ça vaut partout, y compris dans les organisations patronales et les entreprises, a-t-il dit. Nous devons faire en sorte que l'information circule. Beaucoup de petites et moyennes entreprises veulent accéder au marché.»


Dans un discours où il a principalement parlé du Québec plutôt que du Canada, le président français a rappelé que quelque 400 entreprises françaises avaient une empreinte dans la province, ce qui fournissait du travail à environ 130 000 personnes.


À l'inverse, environ 150 sociétés du Québec sont présentes en France, où elles emploient plus de 20 000 travailleurs, a-t-il ajouté, flanqué du premier ministre Philippe Couillard.


«Nous ne voulons pas faire une distinction entre les entreprises et les autres compatriotes, a dit M. Hollande. Pour les entrepreneurs, il faut que ça aille vite. Il ne peut pas être question de ralentir un investissement sous prétexte d'une formalité supplémentaire à satisfaire.»


M. Couillard s'est montré très ouvert à la proposition de son homologue français quant à un "visa d'entrepreneurs", mais il a rappelé que le Québec devra s'adresser au gouvernement fédéral avant que ce dossier puisse aller de l'avant.


«Évidemment, il y a une partie de juridiction fédérale sur cette question dont il faudra s'assurer, a souligné le premier ministre. Mais, sur le plan du principe, nous serons en appui.»


Le président français a également plaidé pour une ratification rapide de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne conclu il y a un peu plus d'un an.


Selon lui, la France profitera de cette entente pour asseoir son empreinte au Québec, ce qui lui servirait de tremplin vers le marché nord-américain. M. Hollande a précisé que la France pourrait offrir les mêmes occasions au Québec.


D'après M. Hollande, les deux juridictions ont les atouts nécessaires pour conquérir les marchés de l'Amérique, de l'Europe et de l'Afrique.


"Pour l'Asie, nous y travaillerons, a blagué le président de l'Hexagone. Nous avons cette capacité, si vous venez en France, d'accéder aux marchés européens, et nous en venant ici, d'accéder au marché américain."


M. Hollande a fait ces commentaires dans le cadre des rencontres entrepreneuriales franco-québécoises dans un hôtel du centre-ville de la métropole. Cette table ronde visait à mettre en relation les chefs d'entreprise français qui participaient à la mission présidentielle ainsi que des entrepreneurs québécois.


Les sujets de discussion ont surtout été les secteurs numérique, énergétique et du tourisme. Le Plan Nord et la Stratégie maritime du gouvernement Couillard figuraient aussi à l'ordre du jour.


Décision défendue


Plus tôt en après-midi _ sous très haute surveillance policière _ M. Hollande avait visité la Société des arts technologiques, à son arrivée dans la métropole, après s'être adressé aux élus de l'Assemblée nationale à Québec.


À sa sortie, M. Hollande a été questionné par les journalistes, notamment sur sa décision d'avoir entamé sa tournée dans l'Ouest du Canada, ce qui lui a attiré certaines critiques, notamment au Québec.


"Je viendrai toujours au Québec de toute façon, s'est-il défendu. Ce que je veux, c'est toujours terminer par le Québec. Je voulais être dans mes derniers moments ici, mais aussi découvrir le reste du Canada."


M. Hollande devait regagner Paris en soirée, notamment après un passage à l'hôtel de ville de Montréal.


PLUS:


Visite d'État de François Hollande au Canada


Hollande et Couillard en appellent à des liens économiques plus étroits


France-Québec: Success stories franco-québécoises dans le numérique


France-Québec: Jeune patronat et mobilité


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

«Hé le gros, mange santé !»

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Galvaudée à l'extrême, l'expression «un esprit sain dans un corps sain» n'en demeure pas moins vraie. Pour les ...

La chasse à l'âgisme

17/10/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Nous devrions juger un individu sur ses résultats, pas sur sa date d’anniversaire.

OPINION Entrepreneurs, soyez différents!
12/10/2017 | Nicolas Duvernois
Vivre son deuil avec l'aide d'objets connectés
12/10/2017 | Philippine de Tinguy
Le Québec classé parmi les premiers au monde en entrepreneuriat
11/10/2017 | Matthieu Charest

À la une

Affaire Rozon: l'avenir de Juste pour rire est miné

L'entreprise fera face à plusieurs enjeux qui risquent d'avoir un impact sur ses revenus et la relève.

Forte baisse d’Apple après des rumeurs de mauvaises ventes

14:25 | LesAffaires.com et AFP

L'action accuse ce jeudi l'une de ses plus importantes baisses depuis un mois causée par les ventes de l'iPhone 8.

Krach boursier d'octobre 1987: clin d'oeil de nos archives

Cascades, Canam Manac et Bombardier dégringolent de 25% à 35%. Le Québec inc dans la tourmente.