Contrats sans appels d'offres justifiés par «l'urgence»

Publié le 08/02/2013 à 16:47, mis à jour le 08/02/2013 à 17:13

Contrats sans appels d'offres justifiés par «l'urgence»

Publié le 08/02/2013 à 16:47, mis à jour le 08/02/2013 à 17:13

Par Valérie Lesage

C’est en invoquant une situation urgente que le gouvernement de Pauline Marois justifie l’achat de logiciels Microsoft sans appel d’offres pour le ministère du Conseil exécutif. Jeudi, Les Affaires révélait que le Secrétaire général Jean Saint-Gelais avait autorisé en octobre 2012 un contrat de gré à gré avec le géant Microsoft, estimant qu’un appel d’offres «ne servirait pas l’intérêt public».


«Il y avait urgence d’aller de l’avant pour faire la mise à jour des logiciels afin de pouvoir assurer la compatibilité avec la technologie iPhone», a expliqué par courriel vendredi matin le Secrétaire aux communications gouvernementales, Hubert Bolduc.


M. Bolduc a précisé que ce contrat pour la mise à jour des logiciels Microsoft et Exchange au ministère du Conseil exécutif, la tête du gouvernement, a une valeur de 500 000 $.


Un porte-parole du Conseil du trésor a par la suite expliqué que la compatibilité des environnements technologiques n’aurait pas été atteinte avec un autre fournisseur que Microsoft, sauf en déboursant des coûts supplémentaires, «ce qui aurait été contraire à l’intérêt public».


Les liens étroits de Microsoft avec le pouvoir politique sont questionnés par diverses sources dans le milieu des TI. Même la députée péquiste Marie Malavoy avait dénoncé l’été dernier à l’Assemblée nationale le penchant de Québec pour les produits Microsoft, demandant en chambre si le gouvernement Charest «cédait aux pressions de Martin Daraîche, ancien collaborateur du premier ministre devenu lobbyiste pour Microsoft Canada». Considérant qu’Éric Leduc, le directeur des Solutions d’affaires chez Microsoft Canada, siège actuellement au conseil exécutif du Parti Québécois, certains se demandent aujourd’hui si le PQ est à l’abri des pressions.


«Cela n’a aucun lien avec la décision de M. Saint-Gelais, a affirmé Shirley Bishop, la directrice des communications du cabinet de Pauline Marois. Le contrat est une décision administrative du gouvernement et ça n’a rien à voir avec les personnes qui siègent au conseil du parti.»


Dans la lettre de M. Saint-Gelais dont Les Affaires a obtenue copie jeudi, le Secrétaire général appuie sa décision de procéder sans appel d’offres sur une disposition de la Loi sur les contrats des organismes publics adoptée par décret par le gouvernement Charest en 2011 et décrié par le PQ.


Sur le même sujet

Martin Coiteux promet de mettre fin à l'éparpillement de l'État

Édition du 05 Juillet 2014 | Suzanne Dansereau

Ne demandez pas au nouveau président du Conseil du trésor du Québec s'il penchera à droite ou à gauche une fois ...

Coupe des crédits d'impôt: un casse-tête budgétaire pour les entreprises

Édition du 05 Juillet 2014 | Valérie Lesage

Le choix de réduire de 20 % les crédits d'impôt aux entreprises plonge beaucoup d'entrepreneurs dans le pétrin et ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Moody's maintient la cote de crédit du Québec

29/07/2014

L'agence de notation maintient la cote du Québec, mais estime ambitieuses les cibles de croissance des dépenses.

Obama: nouvelles sanctions contre la Russie mais pas de «guerre froide»

29/07/2014

Le président américain, Barack Obama, a annoncé mardi de nouvelles sanctions économiques ...

À quand la bulle du S&P 500? Pas avant 2035 points

À quand la bulle du S&P 500? Pas avant 2035 points