Impact d'une destitution: Trump crie au loup

Publié le 31/08/2018 à 09:30

Impact d'une destitution: Trump crie au loup

Publié le 31/08/2018 à 09:30

Par Les Affaires

Le président américain, Donald Trump (Source: Getty Images)

PODCAST | On vous parle aujourd’hui de la fameuse déclaration du président Donald Trump selon laquelle les marchés «s’effondreraient» si jamais il était destitué. Or, si l’on se fie à l’histoire financière des États-Unis, un tel scénario n’aurait pratiquement pas d’impact sur la Bourse.



Depuis la fondation des États-Unis, deux présidents américains ont été mis en accusation (Andrew Johnson, en 1868, et Bill Clinton, en 1998) et un troisième, Richard Nixon, a démissionné en 1974 face à la quasi-certitude d’une mise en accusation suivie d’une destitution.


Johnson et Clinton n’ont pas été destitués en raison d’un manque de votes au Sénat - il faut les deux tiers des voix pour destituer un président.


Résultat?


Andrew Johnson : la Bourse a reculé un peu, mais a clôturé l’année à la hausse, selon la Stern School of Business de l’Université de New York.


Richard Nixon : la Bourse a chuté, mais pour d’autres raisons, affirment les spécialistes.


Bill Clinton : il n’y a eu aucun impact.


Approfondir le sujet avec l'analyse géopolitique hebdomadaire de François Normand.


Destitution de Trump: les marchés ne «s'effondreraient» pas


 



 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

L’importance de protéger une maison vacante lors d'une succession

BLOGUE INVITÉ. Voici l'histoire d'une succession qui perd beaucoup d'argent à cause d'une négligence.

À surveiller: Bombardier, Nemaska et Walmart

Que faire avec les titres de Bombardier, Nemaska et Walmart?

L'AMF confirme qu'elle enquête sur Bombardier, le titre plonge

Mis à jour il y a 25 minutes | La Presse Canadienne

Est-ce que les hauts dirigeants ont tiré profit d’une information privilégiée pour réaliser des gains importants?