Élections: le programme des candidats pour les PME

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Septembre 2015

Élections: le programme des candidats pour les PME

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Septembre 2015

Par Les Affaires

[Photo : Shutterstock]

Dans le cadre de la campagne électorale, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a demandé aux principaux partis politiques fédéraux quels étaient leurs positions et leurs engagements à l'égard de questions qui préoccupent ses membres. Voici un résumé de leurs réponses.


TAUX D'IMPOSITION DES PETITES ENTREPRISES


Tous les partis susceptibles de former le prochain gouvernement s'engagent à ramener le taux d'imposition des petites entreprises de 11 % à 9 %. Échéancier : au cours des deux premières années de son mandat dans le cas du NPD, d'ici 2019 dans le cas des autres partis.


ASSURANCE-EMPLOI (actuellement, la cotisation des employeurs au programme représente 1,4 fois celle des employés)


Bloc québécois : Contre le partage égal 50-50 des cotisations entre employeurs et employés. Le ratio actuel est juste.


Nouveau Parti démocratique : Recourir à un processus indépendant pour fixer les taux de cotisation et s'assurer que plus de Canadiens puissent obtenir un soutien.


Parti conservateur du Canada : Réduction du taux de cotisation de 1,88 $ en 2016 à environ 1,47 $ en 2017.


Parti libéral du Canada : Baisse du taux de cotisation en 2017 de 1,88 $ à 1,65 $ pour les employés, et de 2,63 $ à 2,31 $ pour les employeurs.


Parti vert : Prêt à examiner le partage 50-50 des cotisations.


RÉDUCTION DE LA PAPERASSERIE


Bloc québécois : Voir à ce que les entreprises et les particuliers du Québec ne fassent affaire qu'avec une seule administration fiscale, ne remplissent qu'une déclaration de revenus et aient accès à un guichet unique pour leurs impôts et taxes.


Nouveau Parti démocratique : Collaborer avec les propriétaires de petites entreprises pour éliminer la paperasserie inutile. Ne pas imposer d'amendes injustes à ceux qui peinent à comprendre les lois antipourriels.


Parti conservateur du Canada : Viser une réduction nette du fardeau administratif de 20 % d'ici la fin du prochain mandat. Le gouvernement Harper a déjà adopté la règle du «un pour un» qui exige que l'introduction de tout nouveau règlement soit accompagnée de l'élimination d'un règlement existant.


Parti libéral du Canada : Réduire les doublons et éliminer la réglementation obsolète qui gêne les PME. La règle du «un pour un» est entachée d'un défaut notable, celui de permettre au gouvernement de réserver des réductions de la paperasserie dans un secteur tout en les augmentant dans d'autres.


Parti vert : Un rapport sur les effets estimés d'une loi ou d'un règlement sur les petites entreprises devra être déposé à la Chambre des communes pour veiller à ce que tous les faits pertinents soient pris en considération avant de prendre des décisions stratégiques.


PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE


Bloc québécois : Mettre fin au dédoublement de programmes. Le gouvernement fédéral doit se retirer du secteur pour laisser aux provinces toute la latitude nécessaire pour qu'elles établissent leurs besoins de main-d'oeuvre et élaborent leurs propres mesures afin d'y répondre.


Nouveau Parti démocratique : Le gouvernement doit disposer de meilleurs renseignements sur le marché du travail pour déterminer les pénuries actuelles et futures de travailleurs qualifiés et y remédier. Collaborer avec les provinces pour former les chômeurs et les aider à obtenir des emplois. Élargir l'accès à la formation financée par l'intermédiaire du programme d'assurance- emploi. Travailler avec les employeurs pour accroître la formation continue.


Parti conservateur du Canada : Continuer de soutenir les métiers spécialisés et élargir le crédit d'impôt pour la création d'emplois d'apprentis. Offrir un soutien majeur aux personnes handicapées et aux autres groupes sous-représentés - comme les nouveaux Canadiens ayant besoin de faire reconnaître leurs titres de compétences - en adéquation avec les besoins de main-d'oeuvre.


Parti libéral du Canada : Investir 500 millions de dollars par an dans les ententes sur le développement du marché du travail, conclues avec les provinces et les territoires. Débloquer des fonds importants pour l'éducation des Premières Nations. Faire en sorte que le système d'immigration attire les immigrants qui possèdent les qualifications dont le Canada a besoin.


Parti vert : Créer un organisme pancanadien pour la coordination de l'information sur le marché du travail. Mieux coordonner les transferts annuels de 3,2 milliards de dollars aux provinces et aux territoires pour le développement du marché du travail. Offrir des mesures incitatives aux employeurs pour la formation des travailleurs et l'amélioration de la productivité à long terme. Éliminer les barrières qui entravent la mobilité interprovinciale de la main-d'oeuvre.


√ Sur le Web


Découvrez d'autres positions des partis en matière d'économie, d'aide aux PME et de main-d'oeuvre sur le site de la FCEI.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

L'emploi au Canada: rien ne se perd, rien ne se crée

06/12/2015 | René Vézina

BLOGUE. Il apparaît clairement depuis plusieurs mois que le marché de l’emploi, au Canada, fait du surplace.

Les libéraux au pouvoir: les promesses qui retiennent l'attention

20/10/2015 | Richard Cloutier

Retour sur l'ensemble des promesses libérales qui retiennent l'attention depuis l'élection de Justin Trudeau.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?