800 M$ de plus pour les universités, promet Marois

Publié le 15/02/2013 à 16:33, mis à jour le 15/02/2013 à 16:57

800 M$ de plus pour les universités, promet Marois

Publié le 15/02/2013 à 16:33, mis à jour le 15/02/2013 à 16:57

Par Valérie Lesage

[Photo : Les Affaires]

À quelques jours du Sommet sur l’enseignement supérieur, la première ministre Pauline Marois s’est engagée à fournir 800 M$ de plus en subventions aux universités québécoises d’ici 2018. Mme Marois en a fait l’annonce vendredi midi à l’occasion d’une allocution au Centre des congrès de Montréal présentée dans le cadre des évènements Les affaires.


>>Électrifier les transports, le projet du siècle de Pauline Marois


«Je prends un engagement devant vous aujourd’hui : au cours des prochaines années, le gouvernement va réinvestir massivement dans nos universités», a promis la première ministre.


Les investissements dans les universités seront bonifiés de 3,3% en 2014 et de 8,5% en 2015. Les augmentations dans les années subséquentes, jusqu’en 2018, totaliseront 800 M$. Cela représente 200 M$ de plus que ce qui avait été prévu par le gouvernement Charest, selon la première ministre.


«Nos universités sont une de nos plus grandes richesses collectives, un bien précieux que nous devons soutenir», a affirmé Mme Marois, ajoutant qu’elle et son ministre Pierre Duchesne feraient tout le nécessaire pour aider les universités à progresser tout en demeurant accessibles.


Elle a rappelé qu’en annulant la hausse de droits de scolarité, le Québec demeurera l’endroit en Amérique du Nord où l’enseignement supérieur est le plus accessible.


Mme Marois a aussi appelé aux compromis afin que le Québec passe à une autre étape, celle de la poursuite de l’excellence, de la créativité et de l’épanouissement des jeunes.


«S’il y a un instrument dans notre histoire qui a permis aux Québécois de se dépasser, c’est l’accès à l’enseignement supérieur. Cette aspiration ne doit pas nous diviser, elle doit nous unir», a soutenu la première ministre, se disant confiante de la réussite du Sommet à la fin du mois.


 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Jacques Daoust veut que Manac reste québécoise

Jacques Daoust souhaite que l'entreprise beauceronne Manac demeure sous contrôle québécois.

Garderies: des CPE vont couper des repas aux enfants

31/03/2015

En raison des nouvelles compressions imposées par Québec, les services aux enfants seront touchés directement.

Et si le gouvernement gérait comme le fait 3G Capital…

31/03/2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a de quoi inspirer nos gouvernements dans le mode de gestion du groupe 3G Capital, partenaire de Buffett