Vers une économie verte au Québec?

Publié le 14/03/2013 à 12:45, mis à jour le 18/03/2013 à 15:11

Vers une économie verte au Québec?

Publié le 14/03/2013 à 12:45, mis à jour le 18/03/2013 à 15:11

Par Olivier Schmouker

L'hydro-électricité est l'un des atouts du Québec. Photo: Lesaffaires

Une alliance inédite de financiers, de gens d’affaires, d’ingénieurs et de groupes environnementaux demande au gouvernement Marois de tenir «une grande réflexion nationale» sur l'avenir économique du Québec. Cette alliance, dénommée Switch, réclame que cet avenir soit résolument vert, tous secteurs confondus.


Cette proposition a été lancée aujourd’hui à Montréal par des représentants de l’Association de l’aluminium du Canada, du Réseau des ingénieurs du Québec, de la Fondation David Suzuki, de Cycle Capital Management, d’Écotech Québec et d’Équiterre.


«Switch estime que l’avenir du Québec passe par une croissance verte, à l'aide d'une économie plus compétitive et d'entreprises plus innovantes, notamment en matière d’utilisation de l’énergie et des ressources», dit Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée principale, de Cycle Capital Management.


«De par leurs compétences, les ingénieurs du Québec sont très bien placés pour inclure les principes d’une économie verte dans tous les grands projets. C'est pourquoi nous endossons toutes les initiatives en ce sens », ajoute Etienne Couture, président, du Réseau des ingénieurs du Québec.


Que conviendrait-il de faire concrètement pour que l'économie du Québec se verdisse? Switch invite le gouvernement Marois a organiser une réflexion nationale sur l’économie verte qui permettrait d'identifier les leviers économiques sur lesquels il faudrait agir. D'ores et déjà, l'alliance en ont repéré plusieurs, dans un document d'étude dévoilé aujourd'hui, parmi lesquels figurent :


> la chaîne de financement des entreprises,


> le soutien à l’innovation (chaires, centres de recherche),


> la formation et la transition de la main-d’oeuvre,


> le cadre fiscal et réglementaire,


> la commercialisation des innovations et des technologies,


> les marchés publics.


«Switch souhaite qu’au sortir de cette réflexion nationale, le Québec se soit donné un plan de match ambitieux, des moyens conséquents et des stratégies cohérentes et complémentaires. Elle souhaite également que cette vision soit appuyée sur un large consensus. Elle souhaite enfin que le Québec, grâce à une économie verte, demeure une société prospère et équitable», est-il indiqué dans le document.

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Les entreprises doivent payer plus cher pour réduire les déchets

17/10/2018 | François Normand

Le Canada abrite 0,5% de la population, mais il contribue à 2 % des déchets municipaux produits dans le monde.

Et si la croissance verte était une utopie?

17/10/2018 | François Normand

BALADO - Le développement durable ne fonctionne pas, car la consommation de ressources continue d'augmenter.

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

Il y a 39 minutes | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.