Une hausse inévitable des salaires

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mai 2018

Une hausse inévitable des salaires

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mai 2018

Par Pierre Cléroux

[Photo: 123RF]

Le marché du travail au Québec est toujours en pleine effervescence. Avec plus de 175 000 emplois créés en deux ans, dont 95 000 en 2017, et un taux de chômage qui a atteint un plancher historique de 5 % en décembre, le Québec a maintenant atteint le quasi-plein emploi. Le nombre de chômeurs a d'ailleurs chuté de 25 % l'an dernier, passant de 294 000 à 222 000. Un tel creux ne s'était pas vu depuis 1976 ! À titre de comparaison, il y avait 377 000 chômeurs à la fin de la récession de 2008.


Résultat : les salaires augmentent beaucoup plus rapidement au Québec que dans l'ensemble du Canada, et ce, depuis 2015. En janvier, la rémunération des travailleurs québécois affichait d'ailleurs une croissance annuelle de 4,1 %. Et il y a tout lieu de croire que cette hausse des salaires se poursuivra cette année, voire en 2019.


En effet, la bonne tenue de l'économie québécoise continuera d'alimenter la demande de travailleurs de la part des employeurs, dont l'appétit pour leurs biens et services ne cesse d'augmenter de part et d'autre de la frontière. Les entreprises doivent donc piger dans un bassin de travailleurs et de chômeurs qui se font de plus en plus rares. Le taux d'emploi chez les 25 à 54 ans oscille autour de 85 % et continue d'atteindre des sommets inégalés. La croissance de la population en âge de travailler (bassin des 15 à 64 ans) est même négative au Québec depuis 2014. Sans compter que le vieillissement de la population du Québec, parmi le plus important du pays avec les provinces maritimes, est bel et bien amorcé et continuera de s'accentuer.


Attirer et garder les meilleurs employés


Le problème de la pénurie de main-d'oeuvre s'en trouve du même coup exacerbé : on comptait 92 000 postes vacants au dernier trimestre de 2017. L'offre de travail se fait donc plus rare et entraîne une pression à la hausse sur les salaires.


Dans ce contexte, la hausse du salaire minimum, qui vient de passer de 11,25 $ à 12 $ l'heure, devrait avoir moins d'impact que prévu sur les entreprises, qui doivent déjà payer davantage pour attirer et garder des employés. Cette hausse de 0,75 $ ou de 6,67 % n'est en effet pas si éloignée de la croissance des salaires de 4,1 % enregistrée l'an dernier. Cette augmentation, qui profiterait à 352 900 salariés et seulement quelque 8 % de la main-d'oeuvre québécoise, n'est d'ailleurs pas la plus grande préoccupation d'une majorité d'employeurs, qui sont davantage aux prises avec leur capacité de trouver du personnel.


Or, si les entreprises veulent attirer les meilleurs employés possible et assurer leur rétention, elles n'ont d'autres choix que d'offrir des salaires plus élevés. Elles ont même tout intérêt à le faire puisqu'il en va de leur bonne tenue. Une récente étude de la BDC montre en effet que les entreprises les plus performantes, tant chez les PME que les plus grandes, sont celles qui paient de meilleurs salaires.



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Les entreprises les plus admirées payent-elles mieux que les autres?

22/10/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Une étude de Korn Ferry lève le voile sur un secret bien gardé...

Les primes, une affreusement fausse bonne idée!

04/10/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une étude montre qu'elles ont un impact aussi insoupçonné que dévastateur sur les meilleurs. Entre autres!

À la une

L'expérience client décortiquée

Il y a 47 minutes | Martin Jolicoeur

On en parle beaucoup. Mais que font Lolë, Aldo et Groupe Germain au juste pour nourrir l'expérience de leurs clients?

Quel montant payer pour habiter près d'une station de métro?

19/11/2018 | Joanie Fontaine

Blogue. Une plus-value sur les propriétés situées à moins de 2 km d'une station de métro a été notée

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Il y a 16 minutes | LesAffaires.com et AFP

«C'est la poursuite du carnage.»