Un sommet économique des provinces sans Stephen Harper

Publié le 22/11/2012 à 07:47, mis à jour le 22/11/2012 à 07:52

Un sommet économique des provinces sans Stephen Harper

Publié le 22/11/2012 à 07:47, mis à jour le 22/11/2012 à 07:52

Par La Presse Canadienne

Stephen Harper est le grand absent de la réunion de nature économique des premiers ministres des provinces du pays. Photo: Bloomberg

Les premiers ministres des provinces, dont Pauline Marois, sont attendus jeudi à Halifax pour discuter d'enjeux économiques.


Ils tenteront d'élaborer un plan économique commun dans une période de tiède croissance et de dettes élevées.


Mais certains participants estiment que l'absence du premier ministre Stephen Harper lors de ce forum du Conseil de la fédération pourrait bien saborder cet objectif.


Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Darrell Dexter, affirme qu'il est difficile pour les provinces de faire des plans sans savoir ce que le premier ministre Harper envisage pour le pays dans son ensemble.


Son homologue ontarien Dalton McGuinty a fait valoir que le moment aurait été propice pour tenir un sommet avec le premier ministre Harper dans le but d'élaborer un plan pour stimuler la productivité.


Il espère toujours que les premiers ministres présents puissent réaliser des progrès.


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

«La Terre est une entreprise se dirigeant vers la faillite»

17/11/2017 | lesaffaires.com

VIDÉO. Il est encore temps de sauver le monde «mais on veut pas trop en faire»...

Le client a toujours raison... plus que jamais!

Mis à jour le 13/11/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que son influence dépasse maintenant les produits et services pour toucher à l'entreprise elle-même.

À la une

Ventes agressives: Bell n'en a trouvé aucune preuve

«Un tel comportement serait tout à fait contraire aux valeurs de Bell», se défend l’opérateur canadien.

La France veut devenir une «startup nation»

Voici l'ambitieux plan de match de Paris pour stimuler la création d'entreprises et d'emplois en France.

Bourse: la nouvelle prévision audacieuse du stratège de BMO

15:38 |

BLOGUE. Son pronostic a de quoi attirer l'attention.