Travailleurs étrangers temporaires: Ottawa serre la vis

Publié le 14/05/2018 à 06:21

Travailleurs étrangers temporaires: Ottawa serre la vis

Publié le 14/05/2018 à 06:21

Par La Presse Canadienne

Le gouvernement fédéral, sermonné l'an dernier par le vérificateur général du Canada pour la surveillance défaillante du controversé programme de travailleurs étrangers temporaires, intensifie ses inspections et la réprobation d'employeurs.


Depuis le début de l'année, près de 1600 employeurs ont été désignés «à haut risque» et sélectionnés pour des inspections par Emploi et Développement social Canada.


Le ministère a déjà lancé plus de 1340 inspections sur le terrain, soit sept fois plus que pour la même période l'an dernier.


Cette pression gouvernementale accrue s'inscrit dans la volonté de répondre aux inquiétudes soulevées dans un rapport du vérificateur général Michael Ferguson.


Ce dernier a signalé que certains employeurs se tournent vers des travailleurs étrangers temporaires sans démontrer qu'ils ont d'abord tenté de pourvoir les postes en question par de la main-d'oeuvre locale.


M. Ferguson a également dénoncé l'accès limité des agents du ministère aux données nécessaires pour évaluer les besoins du marché du travail.


Leur approche à l'égard des inspections «posait problème», a-t-il aussi relevé, puisque les employeurs en étaient informés à l'avance.


Le vérificateur général a prêté une attention plus particulière à deux secteurs: ceux des fournisseurs de soins et des travailleurs d'usines de traitement de poisson et de fruits de mer, où l'existence d'une pénurie de main-d'oeuvre lui paraissait douteuse.


Il a découvert que plus de 80 pour cent des Canadiens ayant perdu leur travail dans ces domaines recevaient des prestations d'assurance-emploi tandis que des entreprises embauchaient des travailleurs étrangers temporaires, censés constituer un dernier ressort.


Le Comité permanent des comptes publics de la Chambre des communes, qui a tenu ses propres audiences à ce sujet, a renchéri que même si le nombre de travailleurs étrangers temporaires est en baisse, la surveillance de leurs employeurs demeure insuffisante.


La ministre du Travail, Patty Hajdu, a récemment abordé ces inquiétudes en décrivant les mesures prises en ce sens.


En plus d'un accroissement des inspections sur place, son ministère a accéléré le processus permettant aux agents d'intervenir auprès d'employeurs qui enfreignent les règles du programme — un processus dépeint par le vérificateur général comme long, onéreux et «inefficace sur le plan administratif».


Une liste des entreprises et employeurs pénalisés a aussi été publiée en ligne. Leur nombre est passé de 1 à 62 depuis le mois d'août dernier. Certains ont été bannis du programme pour une période allant jusqu'à deux ans, d'autres se sont vu imposer des amendes.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Rêvons un peu, quand même...

Édition de Novembre 2018 | Daniel Germain

Dans les années 2000 encore, travailler aux quatre coins du globe voulait dire être représentant chez un ...

Bienvenue à l'ère des travailleurs nomades!

Édition de Novembre 2018 | Simon Diotte

Bye bye cubicule exigu ou bureau à domicile ! Les travailleurs autonomes n'ont plus d'adresse fixe. Ils butinent d'un ...

OPINION La planète est mon bureau
Édition de Novembre 2018 | Simon Diotte
Travailleurs autonomes en exil
Édition de Novembre 2018 | Claudine Hébert
Ce qu’il faut savoir avant de partir
Édition de Novembre 2018 | Claudine Hébert

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.