Terrains contaminés: une facture de 7,7 G$ attend Ottawa.

Publié le 08/05/2012 à 17:38

Terrains contaminés: une facture de 7,7 G$ attend Ottawa.

Publié le 08/05/2012 à 17:38

Par AFP

Le Canada a réalisé des progrès en matière de recensement des sites miniers ou industriels contaminés, mais son "passif environnemental" s'élève à 7,7 milliards de dollars et des difficultés financières se dessinent, selon un rapport officiel déposé mardi au parlement.


Jusqu'à présent, le gouvernement fédéral a fermé environ la moitié de ces sites, mais "la tâche sera beaucoup plus difficile dans le cas des autres sites", indique dans ce rapport d'audit le commissaire à l'Environnement et au Développement durable, Scott Vaughan.


"Dans bien des cas, ces sites sont enterrés et loin des regards du public, mais ils vont présenter des risques pour la santé humaine et un fardeau financier et environnemental pendant des générations à venir", avertit-il.


Un passif environnemental est établi pour un site lorsqu'il y a contamination, que le gouvernement fédéral a l'obligation de payer pour son assainissement et qu'une estimation raisonnable du montant en jeu est possible, explique le rapport.


Il s'agit de sites contaminés soit par les activités du gouvernement fédéral soit par celles de locataires de terres fédérales. Les sites miniers dans le Nord du pays, abandonnés par les sociétés minières, relèvent aussi de la responsabilité du gouvernement fédéral, leur propriétaire foncier. Pour ces sites, surtout ceux situés dans le Nord, les interventions nécessaires peuvent prendre jusqu'à dix ans ou plus.


Sur les 22 000 sites de l'inventaire fédéral, plus de 9 000 ne nécessitent pas d'autres interventions et ont été fermés. Toutefois, l'audit a révélé qu'environ la moitié des sites restants n'avaient pas encore été évalués et classés en ordre de priorité d'action.


De plus, il manque déjà 500 millions de dollars pour s'occuper des sites qui ont été évalués, et les ressources disponibles pour évaluer le reste des sites ont beaucoup diminué.


Enfin, la majeure partie des fonds fédéraux vont à une poignée de sites qui présentent des risques élevés.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Gaz Ă  effet de serre: le Canada ne pourra respecter son engagement

La commissaire à l'environnement et au développement durable du Canada, Julie Gelfand, affirme que le ...

«Il faut mettre le marché du carbone sur les stéroïdes», dit Christiana Figueres, devant le CORIM

29/09/2014 | Julie Cailliau

La responsable des Nations-Unis sur les changements climatiques lance un appel aux gens d'affaires québécois.

OPINION La course aux voitures moins gourmandes
Édition du 13 Septembre 2014 | Marc Bouchard
Dans un proche avenir, votre voiture vous parlera
Édition du 13 Septembre 2014 | Marc Bouchard
Entrevue n°214: Jay Coen Gilbert, cofondateur B Lab
Édition du 23 Août 2014 | Diane BĂ©rard
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

Des résultats qui supportent la reprise boursière

24/10/2014 | Jean Gagnon

La reprise des marchés boursiers après la volatilité du début du mois d’octobre a ...

Bourse: Toronto et New York ferment au vert

24/10/2014 | AFP

Les marchés boursiers ont poursuivi leur ascension, aidés par les bons résultats ...